Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 11:48
Répondons de suite à la question posée : OUI, mais c'est  pas trop de sa faute...

Le cinéphile et le fan de foot ont au moins une différence de taille : tandis que le premier pousse rarement le vice jusqu'à regarder en entier une oeuvre merdique, et pratiquera souvent le jeu du "j'appuie sur stop/ je sors de la salle", son camarade footeux, dans un élan de masochisme hallucinatoire préfèrera souvent boire le calice jusqu'à la lie "au cas où"... occasionnant souvent des soirées laborieuses entre potes qui finissent dans une vague  alcoolique d'endormissement, des sorties aux stades "j'aurais mieux fait de me casser une jambe"-style, sans parler du France-Roumanie du dernier Euro sous forme d'appel au meurtre...

Parce que, oui, ne nous leurrons pas, les Américains ont raison sur une chose, un sport qui finit aussi souvent sur le score de "0-0" peut-il encore avoir le statut de divertissement ?? Serait-ce immagineable des films ou séries télé sans héros, sans histoire, sans scénario, sans dialogue, sans rebondissement, etc ?.......... puis la "Nouvelle vague" est arrivée (mais c'est un autre débat)
Mais sinon, c'est kif-kif entre ciné et foot... peu de pépites pour beaucoup de désillusions...

A la question d'une amie qui me demandait ce que les mecs aimaient dans le foot, j'eus une réponse "Mars contre Vénus" assez délirante, mais pas si merdique que ça (enfin, si, un peu...)

Considérant que les femmes sont globalement plus fans de série télé, et que les mecs sont globalement plus fans de football. Les deux reposent sur le même schéma : un système de "saisons", des personnages principaux, des méchants, des rebondissements plus ou moins bien trouvées, des "spin off" (autre série avec même perso / autre compétition), pour au final un dénouement sous forme de révélation apocalyptique... les masques tombent, la solution devient évidence, youpi tralala... jusqu'à la saison prochaine.
Nonobstant, le fan de série TV aimera être tenu en haleine toute la saison, bien aidé en cela par les scénaristes qui font preuve d'une homogénéité suffisante pour qu'il n'y ait pas un "trou" de plusieurs épisodes chiants d'affilée ; en soit, un plaisir continu et auto-suffisant, avec quelques grands moments, et un climax final pour récompenser la fidélité...
Tandis que notre ami footeux sera capable de se prendre dans la gueule des matchs de merde sans buts, des défaites humiliantes, des déplacements dans le froid, des relégations... tout ça pour de maigres victoires (seuls vrais orgasmes), et des espoirs de palmarès "toujours recommencés" (= sur-référence libre et brutale à Valéry...). D'où une logique de plaisir par la frustration aussi bien dans la défaite que dans la victoire : qui est le plus à plaindre ? Le supporter d'un club qui vient de remonter en 1ère division après des décennies de purgatoire, ou le supporter d'une équipe qui gagne tout le temps le même titre et qui, du coup, ne ressent "plus rien" ?

Toujours est-il que les fans de foot se divisent généralement en 2 catégories :

- d'un côté, le geek, no life, supporter ultra, célibataire, accro jusqu'à la moelle, borné, fou furieux, qui quoi qu'il arrive suivra le foot, et ratera un match tous les 8 ans (donc peu de risques de rater le bon... quoique...)

- de l'autre, le fan de foot soumis à diverses contrariétés (vie de couple et/ou enfant, travail prenant à horaires variables, partenaire anti-foot qui l'oblige à pratiquer son activité en cachette, problèmes de télé/internet...)

Et c'est bien ce dernier, la vraie victime du foot moderne ! La première catégorie n'en a rien à foutre, elle est masochiste, elle suivra le foot quoiqu'il arrive, elle profitera des 0-0 pour boire des vins chauds et délirer avec ses potes, elle se réjouira des quelques grands matchs, mais elle vivra sa "passion" (entre guillemets) quoiqu'il arrive. Mais que faire quand on doit "choisir ses matchs" ? Quel est le bon moment pour sortir la carte  "chérie, ce soir, c'est le match de l'année, faut que je le vois !!", et quel réaction avoir suite à un match moisi ?

Malheureusement, il est impossible de savoir à l'avance quel va être un bon match, même si certains indicateurs peuvent le laisser entendre : niveau de l'équipe, avancement dans la compétition, match "couperet" (ou "à 6 poingues", dixit "Coche" Courbis), mais généralement c'est peu payant ! Un classique anglais peut se transformer en déjection canine, de même qu'un faux "clasico" français peut devenir un vrai match de rêve... (plus rarement, il est vrai)


Pour ma part, j'ai réussi en moins de 10 jours un hat-trick assez saisissant :
- Lyon - Marseille : 0-0, vu du début jusqu'à la fin
- PSG - Twente : 4-0, on est arrivé en fin de 1ère mi-temps (le 1er bar ne diffusait pas le match),  pour partir un quart d'heure avant la fin (je n'appris que le lendemain qu'ils avaient fini par l'emporter)
- Monaco - Bordeaux : 3-4, je me barre à la mi-temps (ayant même raté un but) sûr de mon coup : "Bordeaux ne reviendra pas, ils vont faire le coup de Marseille", et la radio m'endort même sur un "aaaahlalaaaaaa !!! 3-0 pour Monaco !!!".... Bingo, ils mettent 4 buts en une demi-heure, et ça devient le match de l'année !!


Tout ça pour dire que si vous connaissez un "nouveau" supporter, ayez un minimum d'indulgence, c'est un petit être qui souffre... quant aux supporters '"old school", à défaut d'un spectacle plaisant, profitez en pour vous alcooliser avec eux, c'est toujours ça que les Allemands n'auront pas...

Pffff... Et dire qu'y a des cons qui poussent le vice jusqu'à ouvrir des blogs qui sont consacrés à ce sport (rires enregistrés)

Partager cet article

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article

commentaires

Noux...

  • : FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • : une épopée conceptuelle et définitive dans le monde de le foot
  • Contact

miuzike!

Recherche

Archives