Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 10:03
Carnet "automne 2007"


(attention, ce qui suit est de l'autofiction spéculative)

 

 

Nuit blanche du foot français : « moral en berne dans l’effectif »

 

Notre point de chute ce soir-là fut une crémaillère organisée par Didier Digard, tout frais propriétaire d’un petit loft de 300 m2 dans le 7ème.  En principe, n’y étaient seulement conviés ce que la capitale compte aujourd'hui de mieux en terme de « party makers », mais la présence d’un DJ Abdel aux platines combinée à une ambiance « faussement 9-3 » fit rapidement déguerpir les meilleurs performers pour ce genre d’événement.


En route vers notre, déjà, deuxième point de chute, le « Serpent » nous soumettait son idée ultime de programme télé, un « Jour de foutre », qui aurait pour objectif de montrer les plus belles actions sexuelles de chaque journée de L1, déclinable à l’infini en « 100% foutre », « France de foutre », « Téléfoutre ». A étudier. Arrivé au « Black Jack », une boîte « pas trop fashionista » près de Nation, c’en était fini pour Ricardo Max qui nous laissait à notre triste sort, il n’avait « plus la pêche depuis le dernier match de l’OM », et souhaitait retourner chez lui au plus vite pour « faire le point sur l’éventuel recrutement d’un joker ». Nous le connaissions suffisamment pour savoir qu’il allait assurément jeter son dévolu sur un chômeur « expérimenté » de l’UNFP.


Les enceintes du Black Jack crachaient une douche de hardtek progressive, et tandis que Vadim et Brice « el niño » devisaient sur le nombre de BPM que pouvait bien contenir le morceau en cours, je rejoignais au bar un « Serpent » amer et perdu dans ses pensées. Il me rappelait un Kevin Shields aperçu trois ans auparavant dans un club londonien pour « anciennes gloires du foot » près de Stamford Bridge, qui n’avait pas décroché un mot, au grand désespoir de Jermain Defoe qui avait tenté de lui faire signer un autographe, sans succès.

 

D’après ses dires, le « Serpent » avait beaucoup de mal à se remettre d’une soirée sur Nancy improvisée juste après le match contre Monaco. Outre l’apparition d’un Pablo Correa « super sexuel » qui dégoulinait de sueur, le « Serpent » m’expliquait de ses cordes vocales assez atteintes qu’il avait tenté de pousser « deux-trois joueurs nancéens dans leurs retranchements », remettant en question leur envie de gagner le match face à lui.

Une femme de joueur aurait alors fait irruption, et l’aurait menacé de « faire pression sur la fédé » pour lui retirer son accréditation jusqu’à la fin de saison. Même si la menace paraissait de prime abord triviale, car dite par une femme « qui n’accepte pas les règles d’un milieu d’hommes entre hommes », le « Serpent » était inquiet, n’ayant pas particulièrement les faveurs de plusieurs cadres de la DTN qui profiteraient sûrement de ce genre d’occasion pour lui faire payer certaines de ses déclarations dans la presse, notamment à propos de l’arbitrage « hétérophobe » en Ligue 2.

 

Quelques minutes avant le coup de sifflet final du match qui nous opposait à la nuit, Jeremy King, un libidineux ex de Ricardo Max, tentait d’expliquer à un jeune éphèbe quelques règles du rugby. Bien que bon sujet de drague, cette coupe du monde était indubitablement une plaie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noux...

  • : FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • : une épopée conceptuelle et définitive dans le monde de le foot
  • Contact

miuzike!

Recherche

Archives