Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 19:40
Florentino Perez sort le Real Madrid de l'autodestruction avec la "Florenteam"

Un automnal après-midi de juin : Florentino Perez a laissé ses lunettes noires dans l'échancrure de son tee-shirt. Toujours aussi pâle, mais apaisé après les tensions qui ont failli faire imploser le Real, le charismatique président évoque de sa voix douce le projet de la réconciliation. Interview :


Footu : Le Real Madrid a été sur le point d'imploser après l'ère des "Galacticos". Avez-vous craint de ne plus pouvoir revenir à la présidence ?


Non, l'ambition politique n'est pas quelque chose qui arrive comme un flash, c'est une discipline. Valdano , Zidane et moi ne souffrons pas de blocage, on est toujours en train de trouver des idées de recrutement. Mais on savait qu'on était pas heureux, et qu'il fallait prendre des décisions assez graves pour assurer la survie du Real Madrid. Nous avons créé ce groupe en 2000 : puisque toute notre vie d'adulte lui a été consacrée, nous sentions tous que nous avions trop investi pour laisser tomber.

F: Le recrutement dégage une énergie plus rock, moins mélancolique...

Avec l'argent, peut-être, mais il faut bien écouter les conférences de presse, elles n'invitent pas à se mettre des fleurs dans les cheveux et aller à San Francisco. Nous voulions faire une sorte d'antithèse de l'ère précédente que nous avions trouvé extrêmement sombre, très bien exécuté mais claustrophobe (ndlr: recrutements de Owen et Woodgate, pour ne citer qu'eux). Chaque fois qu'on se réunit pour recruter, c'est en réaction à l'équipe précédente. Il fallait de la distance pour savoir ce qu'on ressentait. Nous voulions faire quelque chose d'épique et d'anthémique, qui redonne de l'espoir.

F: Difficile de prendre du recul quand est pris dans la routine "réunion - repas d'affaire", avez-vous eu des échappatoires ?

Pas vraiment, non, pas en ce moment (Sourire). Partir, c'est ce que je fais quand j'ai du temps à moi, mais là je n'en ai pas beaucoup. Mais si cette routine ne me fasiait pas plaisir, je ne serais pas là devant vous, ça n'en vaudrait pas la peine.

F: Pourquoi avoir opté pour un financement indépendant ?

Pour avoir un meilleur contrôle sur notre budget, bosser avec des gens aussi passionnés que nous. C'est ce qu'on cherchait après avoir passé dix ans avec le Roi d'Espagne.

F: Pourriez-vous recruter sans argent ?

Non, c'est très lié pour moi. Je ne dis jamais "jamais", mais... Je n'ai pas la prétention, comme Roman Abramovitch de Chelsea , de dire que je recrute tout le temps sans savoir si ce sera un roumain ou un albanais , pff. (Sourire)
Non, pour moi, c'est l'équipe, c'est toujours ça qui m'a attiré. Je ne me vois pas comme un financier, plutôt comme un recruteur qui s'entoure d'assistants talentueux.

F: Comme Zinédine Zidane, votre nouveau bras droit, qui a vite conquis les fans ?

C'est parce qu'il est super mimi ! C'est un mec très aimable, très mignon, et c'est aussi un grand recruteur, ça ne m'étonne pas qu'il ait du succès.

F: Votre site officiel s'ouvre par des vidéos très caractérisées, votre artwork est en perpétuelle évolution...

Oui, c'est important pour nous de casser les traditions, avec notre identité, qu'elle soit esthétique ou footbalistique. "La Florenteam" marque le temps du grand ménage, un renouvellement qui passe par une esthétique différente. Nous avons fait nous-mêmes la plupart des photos et des documentaires qui accompagnent la tournée au Cambodge, dans la jungle. Ca, c'est organique...

Partager cet article

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans Interviews définitives
commenter cet article

commentaires

Noux...

  • : FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • : une épopée conceptuelle et définitive dans le monde de le foot
  • Contact

miuzike!

Recherche

Archives