Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 17:50
11 juillet 2010, l'horreur se produit sur le coup de 22h40...

Une ultime frappe désespérée de Pato envoie le ballon au dessus de la transversale, et la France vers un deuxième titre mondial en 12 ans. Au terme d'un parcours baroque "mi-chanceux  mi-scandaleux" qui a vu la France passer par une séance de tirs au but et deux prolongations, l'impensable s'est finalement réalisé. Et l'improbable devint réalité.

Avant même la joie et l'émotion, les premiers mots du sélectionneur Raymond Domenech sont pour le quotidien "L'Equipe" et tous les media "irresponsables, traitres, anti-français, qui n'ont jamais rien compris au football".


Aout 2010, un sondage étonnant paraît dans le Journal du Dimanche : "83% des français faisaient confiance au sélectionneur lors du dernier Mondial", pire "56% étaient certains d'une victoire finale"


Back to the future... 9 septembre 2009 : suite à la défaite française en Serbie, Domenech est quand même maintenu par une fédération décrédibilisée : menaces de mort, insultes, sondage unanimes... La France du foot est au moins convaincu d'une seule chose : il faut virer le soldat Domenech ....................... 10 mois plus tard, ce même personnage devient l'égal des plus grands...

2010, 1998... 1945 ?

Hier, mon sang n'a fait qu'un tour lorsque j'ai entendu à dix minutes d'écart que :
- (selon un sondage radio bidon) environ 85%  des auditeurs souhaitaient que Raymond Domenech soit viré immédiatement (manu petit militari)
- selon un consultant, Raymond Domenech était dans une situation plus compliquée que celle d'Aimé Jacquet au pire de son impopularité, et que jamais sélectionneur n'avait connu pareille défiance.


REMEMBER 1998

On va la faire mega-courte : Après 2 ans de matchs amicaux indigestes, une phase finale d'Euro  96 totalement moisie, une attaque inexistante, une absence totale d'équipe-type, les gens étaient au bord du gouffre et personne ne croyait une demi-seconde en un Mondial 98  "crédible" des Bleus. Au mieux, on pensait sortir des poules, et se faire battre lamentablement par le Turkmenistan

Aimé Jacquet était haï, il jouait la défense à burne, il avait viré Cantona et Ginola , il avait un accent de merde, une petite voix de vieux, il passait mal à l'antenne. A l'époque, même Jean-François Copé eut été plus crédible que lui (pour vous dire le niveau)

Pour les vieux fans de foot qui souhaitaient voir la France briller à domicile, c'était l'horreur. Les gens avaient presque des envies de meurtre : "quand je pense la génération de joueurs qu'on a !!! On aurait pu aller loin, et ça va être la catastrophe" pensait une écrasante majorité de Français.

Sans vous faire de grandes révélations sur ma "street life", j'ai même cotoyé de près une "tête pensante" du foot français qui me révélait que le "milieu" était terrifié, et se préparait à tenter de sauver les meubles devant le péril imminent. Ce même "milieu" militait pour un retour de Cantona en sélection, et avait des yeux de Chimène pour le "meilleur joueur français actuel" : Bernard Diomède

Et pourtant, l'homme, le sélectionneur, est passé du stade de "grosse sous-merde" à celui de "demi-dieu" en l'espace de quelques semaines...

Les Français avaient toujours aimé Jacquet (j'ai mis 10 relectures à comprendre la blague), il était une idole, l'homme du renouveau, un grand tacticien, un génie... La rédaction de L'Equipe fut donc (seule) rasée à la Lib... euh... après le défilé sur les Champs Elysées.

Loin d'avaler leur parapluie, le "milieu" disait à qui voulait l'entendre qu'il avait "toujours cru en Aimé Jacquet", etc, etc... qu'au contraire, c'est "d'autres" qui avaient milité contre lui de façon injuste... (de toute façon, il n'avait même pas le numéro de téléphone de l' Oberstrumfuhrer )

Perso, je n'ai pas peur de le dire : je n'ai JAMAIS cru un instant en Aimé Jacquet , j'ai toujours cru qu'on allait se planter, et je fus ravi que l'Histoire me donna tort, malgré cet sentiment d'inaltérable chance de Cocu (philip)

Avec le recul, et beaucoup de réflexion, j'ai réalisé (loin de moi toute hagiographie) que Jacquet avait "compris" avant tout le monde : il savait comment gagner une Coupe du monde puisqu'il savait comment la France les perdait depuis 60 ans.


LA FRANCE D'APRES

N'empêche, comme dans toute "belle histoire", la fameuse "part d'ombre" refait à un moment surface, et on a eu droit à l'analyse ultime du gars qui explique que "oui... mais non". En substance, A CAUSE de la victoire de 98, Jacquet a tué le foot français, devenu pauvre techniquement, ultra défensif, plus préoccupé du résultat que du jeu, en résumé : Footix

Ca me rappelle la réflexion délirante de Didier Roustan (que par ailleurs j'aime bien) qui disait que si on avait foiré en 2002, c'était à cause de notre victoire à l'Euro 2000.

Ah donc, si j'ai compris, il ne fallait ni gagner en 84, ni en 98, ni en 2002, pour pouvoir l'emporter en 2015 à la Coupe des Confédérations ? (non mais sérieusement, y a des gens qui le pensent). On oublie juste de dire au passage que l'Euro 2000 fut l'apogée du football : jamais une sélection européenne n'avait réalisé le combo : victoire + beau jeu + joueurs de rêves + scénario d'anthologie

Après la mythologie foireuse " Black Blanc Beur " issue de la victoire de 1998 , on eut droit au développement d'une autre "contre-mythologie" encore plus pernicieuse : celle de la "non-victoire"

En résumé, la France a bien été championne du monde, mais elle ne l'a pas "mérité", le football n'a pas triomphé puisque l'équipe qui ne faisait que défendre l'a finalement emporté. Aimé Jacquet était donc un "fossoyeur", il avait profité d'un tournoi à domicile, d'adversaires faciles et, pire que tout, avait VOLE le titre à la "Génération Platini ", seule équipe française qui le méritait vraiment.



FRENCH FLAIR VS RENE DESCARTES EXPERIENCE

Les français seraient-ils donc des gros chieurs de merde ? : d'un côté, uniquement amateurs de victoire, prêt à s'enthousiasmer au moindre succès, et à hurler avec les loups dès que le vent tourne ; de l'autre, jamais content, jamais satisfait, qui font toujours leur grosses pleureuses sous couvert d'analyse scientifico-footbalistiques à chier : il aurait fallu que ce soit toujours le contraire de ce qui s'est passé (et inversement)

Et si ce n'était pas ça justement, le "football à la française" ?

Elle devait être belle, la France, en 1946.......................

Partager cet article

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article

commentaires

Billy Montoya 20/11/2009 19:25


tain, franchement, je viens de relire cette article (que j'avais totalement zappé), et y a MEME PAS une seule grosse référence graveleuse à Vichy !! Je me déçois......

Par contre, super actu sur la capacité des français à s'auto-pourir la gueule...


Sebb 20/11/2009 11:23


J'aime bien tes analyses, lucides et pertinentes. Par contre, tu devrais laisser tomber les références aux collabos et à Pétain, c'est juste grotesque.


Billy Montoya 20/11/2009 19:20


Merci pour votre commentaire ! J'en tiendrais compte lors de mon prochain article sur les chambres à gaz

blague à part, c'est très dur de faire un jeu des comparaisons avec la collaboration sans citer moins de 25 fois Pétain et les collabos. Exploit que j'ai réalisé, et je m'en félicite


Roulers 09/09/2009 16:11

j'adore ce que tu fais, tu es genial, ne change rien

Greg 09/09/2009 10:20

billy une balle = une cible

Noux...

  • : FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • : une épopée conceptuelle et définitive dans le monde de le foot
  • Contact

miuzike!

Recherche

Archives