Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 18:53
Oubliez tout ce qui a été dit dans les media déjà corrompus , de mèches avec le Grand ordre mondial qui régit le monde (de manière universelle à travers la planète). Quoiqu'on ait pu vous dire, ne retenez que ceci :

LA FIFA A VOULU SE PAYER LA FRANCE EN TRUQUANT L'ATTRIBUTION DES CHAPEAUX

Est-ce un bien ou un mal ? La France le méritait-elle ? Sportivement ? Le Handjob gate de Thierry Henry est-il en cause ?

Là n'est, de toute façon, plus la question, les fait sont accablifiants, calculs à l'appui !

La Coupe du monde, à la différence d'autres tournois, n'est pas une épreuve égalitariste : elle est régie depuis sa création sur la base de deux principes qui ont créé sa légende et sa dimension "historiciste" :

1) les meilleurs équipes (ou en tout cas les équipes emblématiques) doivent y participer, peu importe l'équité géographique ou sportive : on trouvera 15 européens pour quelques asiatiques et africains, les barons américains, plus quelques miettes accessits

2) Tout est fait pour que des "grands matchs" (ou plutôt "matchs entre grands") aient lieu le plus tard possible dans la compétition, i.e. surtout pas dès la phase de poule !

Mais avant toute chose, qu'est-ce qu'une "Grande équipe" ? On trouve bien entendu dans cette liste les équipes du moment, mais aussi (et surtout) les "champions du monde", statut qui une fois acquis permet de faire globalement ce qu'on veut jusqu'à la fin des temps (hormis pour l'Uruguay qui fait de la merde depuis 40 ans)

Statistique culte : depuis la Coupe du monde 1982 et ses six poules (qui permettent une meilleure répartition... parce que séparer 6 champions en 4 groupes, c'était complexe), il n'y a eu que 4 MATCHS de poules ayant opposé des lauréats : RFA - Uruguay et Italie - Argentine (en 1986), France - Uruguay et Angleterre - Argentine (en 2002) pour 5 répartitions "parfaites" (comme par hasard) en 1982, 1990, 1994, 1998 et 2006.

bonus : en reconsultant les archives, d'autres répartitions "parfaites" en poule, sans rencontre inter-champions du monde, ont eu lieu en 1978, 1974, et 1966 (avant 1958, il n'y avait que 3 lauréats, donc...


Au delà d'un arbitrage qui a pu être plus ou moins scandaleux, les données que je vais vous présenter conduisent TOUTES vers la même idée directrice :

Les places de tête de série sont TOUTES RESERVEES AUX CHAMPIONS DU MONDE, quelque soit leur niveau sportif du moment (je sais, j'aime bien écrire en majuscules aujourd'hui...)

Nous baserons notre réflexion sur le classement FIFA, et sur les arguments qui ont été apportés récemment par le Congrès de l'organisation, à savoir :

- les têtes de série sont basées sur le classement "octobre", avant les barrages, et non le dernier en date, pour qu'il y ait équité entre les confédérations
- la règle était définie depuis le début, à savoir "comme d'habitude", uniquement le classement FIFA + un mix des derniers résultats
- et le meilleur pour la fin : la France n'a pas du tout été punie pour avoir clashé l'Irlande en handball sur un terrain de taille non règlementaire

Historique rapide, le classement FIFA a été lancé en Aout 1993 pour faire des comparaisons entre sélections, et établir les têtes de série à partir de la Coupe du monde 1994 aux Etats Unis . La méthode de calcul a toujours été critiquée, de nombreux statisticiens lui préfèrant la plus pertinente méthode Elo (utilisée pour..... le classement FIFA féminin). En 2005, pour déconner, la FIFA a sur-reconfiguré son système de comptage pour pourir les beaufs, avec un même résultat : les équipes "sympatoches" étaient tête de série, celles dont ils se branlaient dans les mauvais chapeaux.


Je vous livre ici mes analyses et le nom des têtes de série des 4 derniers Mondiaux (1994 - 1998 - 2002 - 2006) ayant été désignées par la FIFA. Entre parenthèse, le classement des équipes en octobre de l'année précédente (tirage au sort) "pour respecter l'équité sportive des autres" machin truc bidule...

Tous ces mondiaux ont utilisé la même méthode de calcul : Classement FIFA au moment du tirage au sort (décembre) + résultats des 3 dernières Coupe du monde (hormis pour 2006 : 2 derniers mondiaux + résultats historiques pondérés décroissants).

Pourquoi diable a-t-on changé PILE pour cette Coupe du monde-ci ? D'ailleurs, la FIFA avait-elle choisie la méthode de calcul à l'avance ? L'avait-elle fait pour déterminer d'éventuels chapeaux de barragistes en Europe ? Est-il juste d'entendre de manière récurrente que le critère de base était les résultats des matchs de la phase qualificative de cette Coupe du monde, alors que tout le monde n'a pas eu les mêmes adversaires ? Raah lalah........ Puisque je vous dis que la main d'Henry n'a "absolument rien à voir" là dedans.... Affligeant.



COUPE DU MONDE 1994 (USA)

Têtes de série (établies sur classement FIFA octobre 1993 + stats 3 derniers mondiaux)

- USA (organisateur)
- Brésil (1)
- Allemagne (4 et champion en titre)
- Argentine (9)
- Italie (3)
- Belgique (24)

incohérences :
- la Norvège (alors 2ème du classement !) n'est pas tête de série. PIre, elle se retrouve chapeau 4 avec les "mauvais" européens
- la Belgique est tête de série alors qu'elle est 24ème, sur la foi d'une bonne coupe du monde 86, et retrouve dans son groupe les Pays-bas (6ème)
- aucune trace des 7 et 8èmes (Espagne et Suède)
- l'Argentine, qui est passée par un barrage foireux contre l'Australie, est clairement protégée, profite du fait qu'elle est la seule nation sud-américaine du top 10, et de la non-qualification de l'Angleterre et de la France
- dans les classements des mois suivants (moment du tirage), la Belgique est toujours aussi mal classée, l'Espagne est très haut, la Norvège pas mal... pourtant rien n'a changé !




COUPE DU MONDE 1998 (France)

Têtes de série (établies sur classement FIFA octobre 1997 + stats 3 derniers mondiaux)

- Brésil (1 et champion en titre)
- Italie (16)
- France (organisateur)
- Espagne (2)
- Pays-bas (8)
- Allemagne (3)
- Roumanie (5)
- Argentine (13)

incohérences :
- Italie 16ème du classement et finaliste en titre se retrouve tête de série (France, actuelle 9ème et finaliste en titre.........), Idem pour l'Argentine 13ème = protection des champions du monde
- Danemark (6), Angleterre (7), Mexique (10), Colombie (11) pas tête de série, alors que pouvaient largement prétendre. Vous allez me dire "l'Angleterre est aussi championne du monde, non ?", oui mais c'est pas pareil, et puis le critère FIFA des 3 derniers mondiaux est à peu près appliqué (malgré une demi-finale 90 à leur crédit)



COUPE DU MONDE 2002 (Corée du Sud & Japon)

Têtes de série (établies sur classement FIFA octobre 2001 + stats 3 derniers mondiaux)

- France (champion en titre)
- Espagne (6)
- Brésil (2)
- Corée du Sud (organisateur)
- Allemagne (14)
- Argentine (3)
- Italie (4)
- Japon (organisateur)

incohérences :
- Allemagne foireuse (et protégée) qui se qualifie à l'arrachée, a fait de la merde les deux dernières éditions, est 14ème, mais tête de série quand même (et en plus, ils vont se retrouver dans le groupe le plus facile depuis 1930)
- Portugal (5ème) et Angleterre (9ème) pas têtes de série alors que pouvaient vaguement y prétendre
- malgré un parcours qualificatif ultra laborieux, le Brésil est toujours 2ème du classement... vous avez dit "fake" ?



COUPE DU MONDE 2006 (Allemagne)

Têtes de série (établies sur classement FIFA octobre 2005 + stats 2 derniers mondiaux + comptage foireux)

- Allemagne (organisateur)
- Angleterre (9)
- Argentine (4)
- Mexique (6)
- Italie (12)
- Brésil (champion en titre)
- France (5)
- Espagne (8)

incohérences :
- pour une fois que l'Angleterre (9ème) est tête de série, elle le mérite pas du tout !
- Pays-bas (2ème), République Tchèque (3ème) et surtout Portugal (9ème à égalité avec anglais) pouvaient prétendre à une place
- Italie 12ème mais quand même tête de série........ ça va finir par se voir, non ?
- USA (7ème), tout le monde s'en branle... mais par contre, 4 ans plus tard, il est évident que les 7 premiers sont forcément qualifiés, donc tout va bien...



COUPE DU MONDE 2010 (Afrique du Sud)

Têtes de séries FIFA établies sur équations différentielles, écart type moyen et PIB de la Sierra Leone :
- Afrique du Sud (organisateur)
- Italie (co-champion en titre)
- Espagne
- Angleterre
- Allemagne
- Pays-bas
- Brésil
- Argentine

LA VRAIE LISTE QU'ON AURAIT DU AVOIR : Têtes de série FOOTU.net (classement octobre 2009) basé sur classement FIFA + parcours lors des 2 derniers mondiaux (critère allégé de base des 4 précédents), par ordre d'importance décroissant :
- Afrique du Sud (organisateur)
- Italie (champion)
- Brésil (ex-champion + quart de finaliste)
- France (finaliste)
- Allemagne (ex-finaliste + demi-finaliste)
- Espagne (huitième de finaliste + ex-quart de finaliste, actuel 2ème du classement)
- Pays-bas (huitième de finaliste, actuel 3ème du classement)
- Argentine (quart de finaliste bénéficiant d'une place de la zone Amérique du Sud)

Exclue des têtes de série = l'Angleterre (double quart de finaliste, juste devant la France)

En plus, c'est pas comme s'ils étaient pas déjà habitués, les cons !

Pour finir, un petit rappel de la Loi de Murphy :

"si quelque chose peut mal tourner, alors cette chose finira infailliblement par mal tourner"

Comme par exemple, vouloir punir la France en la foutant dans le 4ème chapeau, et faire qu'elle puisse se retrouver dans le groupe de l'Afrique du Sud : le puni ne laissera pas passer l'occasion d'emmerder au maximum la FIFA en éliminant le pays organisateur dès les poules, par exemple, en l'explosant 3-0, et en faisant un bon nul contre l'adversaire direct qui finira miraculeusement deuxième... foutant une merde noire dans l'organisation du tournoi : les sud-africains éliminés trop tôt sont dégoutés et se désintéressent du tournoi, plus personne ne vient dans les stades, l'ambiance est moisie, le spectacle n'est pus au rendez-vous, des outsiders vont très loin, Domenech joue ultra défensif et sape Blatter, qui finit par s'auto-mutiler avec son catogan. Michel Platini ne demandera pas le replay vidéo de l'action...

"Maman, c'est pas moi ! C'est Thierry Henry !" (gros revival 1987 en perspective)

bonus vidéo : je vous l'avais bien dit qu'on faisait peur à tout le monde !

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 10:03
Je commence sérieusement à me poser des questions sur la santé mentale de mes concitoyens (mot qui porte bien son nom). L'affaire de la "mimine" de Thierry Henry risque d'être le climax d'un certain art français pour le masochisme intégral et la volonté de se cacher la vérité jusqu'à ce que mort s'en suive.

Autant, je comprends les cris d'orfraie poussés par quelques politiques non-fans de foot en manque de publicité ou de sensation forte, autant je comprends mal l'acharnement de médias qui devraient avoir la mémoire un peu moins courte, un peu plus de bon sens, et arrêter de se lamenter, car le constat s'impose :

LA FRANCE S'EST QUALIFIEE POUR LA COUPE DU MONDE A LA SUITE D'UN MATCH DISPUTE DANS DES CONDITIONS DE JEU NORMALES


Point final. L'incident est clos. Pour toujours...


Pour éteindre tout début de polémique, 4 affirmations préalables brutales et définitives :

- Henry a-t-il triché ? = OUI
- L'équipe de France a-t-elle réalisé le pire match de toute son existence ? = OUI
- Est-ce une honte de se qualifier dans ce genre de condition après avoir disputé un match lamentable à domicile = OUI
- Les Irlandais méritaient-ils la qualification = OUI


Seules deux questions en relation avec le match peuvent encore se poser :

- L'arbitre de France - Irlande , Mr Martin Hansson , a-t-il subi des pressions, a-t-il été corrompu, acheté, menacé de mort, etc ? Si la réponse est "non", la question d'un éventuel match rejoué relève de l'hystérie collective...

- Thierry Henry doit-il / peut-il être sanctionné a posteriori pour son geste ? : j'en appelle aux précédents dans le tournoi et dans l'actualité récente : enlève t-on beaucoup de cartons rouges injustifiés ? invalide t-on des buts ? Sanctionne t-on beaucoup de joueurs après coup pour des mains, simulations, ou autres actes d'anti-jeu ? La justice du foot, telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, justifierait que Thierry Henry se prenne un match officiel de suspension avec sursis. En pratique, on pourrait même lui donner le Ballon d'or 2006 à titre rétroactif, non ?


HAND IN GLOVE SOME DEVIL EXPERIENCE

Le sport français est prisonnier d'une logique implacable et déclinologue importée du XIXème siècle dont les 2 axes principaux sont :

- Il faut gagner dans le respect ABSOLU des règles
, respecter son adversaire et l'arbitre, et leur pardonner leurs errements éventuels : donc bien évident, interdiction de tricher, obligation de se dénoncer en cas de bêtise, respecter les décisions arbitrales même totalement foireuses. Bref, il faut se faire enfler avec le sourire

- Si jamais on a (malencontreusement) gagné, c'est qu'on ne le méritait pas
: c'est de la logique pure, la France ne peut pas gagner puisque la France est la meilleure théoriquement, culturellement et mentalement, mais jamais dans la pratique. Les autres auraient dû l'emporter, nous aurions dû nous contenter du rôle de l'équipe qui a joué le jeu jusqu'au bout, qui a été vaillante, et qui au final a perdu en se faisant flouer


Toute remise en cause de ces 2 principes fondateurs du sport, mais surtout du football français, sont implacablement soumis à ce type de jugement :

- si on a gagné, c'est qu'on a pas pratiqué notre jeu, on a appliqué celui d'une autre équipe, d'une autre culture, donc ce n'est pas une victoire française

- si on a gagné, c'est que l'adversaire ne devait pas être si fort que ça, donc c'était un coup de chance donc ça ne compte pas

- En cas de polémique, quand il s'agit de l'Italie on dira que c'est de la roublardise, quand il s'agit de l'Allemagne on dira qu'ils ont fait "parler leur puissance physique", quand il s'agit de l'Angleterre on dira que c'était du "fighting spirit", mais quand ça concerne la France, c'est FORCEMENT de la tricherie, de la saloperie, une honte, une tragédie, et nous avons remis en cause notre condition même d'être humain

Et donc, la dernière connerie en date : Thierry Henry aurait dû "avoir la classe" de se dénoncer immédiatement, comme cela, l'arbitre n'aurait pas validé le but, le joueur se serait pris un carton, et l'Irlande serait passé aux tirs au but après avoir joué comme une équipe de CFA cent-vingt minutes durant, OU la France doit faire rejouer le match pour prouver son fair play, son goût immodéré pour la justice, et son sens de l'honneur


DES HOMMES DÖNER : VIERGES EFFAROUCHEES VS LE TRIOMPHE DU LIBERALISME CYNIQUE


J'ai beaucoup aimé les saillies définitives de certains journalistes "si Henry avait fait annulé le but, on s'en serait rappelé jusqu'à sa mort comme d'un gars honnête, droit, merveilleux"... je ne sais pas si le terme de "auto-sodomie" est encore de mise, mais il doit exister un ou deux concepts à inventer pour qualifier ce genre de stupidité...

S'il avait fait un truc pareil, on s'en serait surtout rappelé comme du "connard qui nous a privé de la Coupe du monde, mais QUEL CON, il pouvait pas la fermer bordel ???!!!"

Dois-je vous rappeler que la France est pratiquement LA SEULE nation au monde à avoir remporté une Coupe du monde sans tricher et sans décisions arbitrales totalement foireuses ? De mémoire...
- le carton rouge à Zidane
- le péno foireux contre le Danemark (pour équilibre, en plus...)
- l'arbitrage pas maison contre l'Italie
- le hors jeu non-sifflé contre Suker en demi-finale (alors que 90% des arbitres auraient sifflé "par précaution" si ça avait été le Brésil ou l'Italie)
- le CARTON ROUGE SCANDALEUX sur Laurent Blanc
- le 1er carton jaune sur Desailly qui pèsera lourd pour la suite

Alors qu'on ne nous fasse pas chier avec le couplet "la France protégée par la FIFA" (quoiqu'en fait, c'est vrai...... mais uniquement depuis le titre mondial, justement)

Alors, je sais, on va me sortir le "turpitudinem allegans" et toutes les foirades latines de première année de droit. Evidemment, c'est affligeant de se qualifier de la sorte. Evidemment que c'est pas par qu'on s'est fait voler il y a 600 ans qu'on a le droit de voler tout le monde à vie. Evidemment, c'est la "cherry on the cake" de faire une main sur notre dernier match après avoir été minable de bout en bout en qualifications, mais sincèrement, maintenant que l'orage de la honte est passé.... on s'en fout un peu, non ? (et dans 6 mois, je vous dis pas, on aura même oublié que l'Irlande fait partie de l'Union Européenne)

Au nom de tous les supporters français qui ont subi un arbitrage apocalyptique depuis leur naissance sans broncher, j'ai envie de crier au monde entier que nous ne sommes pas responsables : ni les supporters, ni Raymond Domenech, ni Thierry Henry, ni même François Fillon (bien que ce soit quand même un peu de sa faute). Peut-être que l'Irlande s'est faite marabouter par le même gars que Cristiano Ronaldo ? (ou celui de Christanval )

Le monde entier nous en veut, et cela nous fait mal, ils sont tous contre nous : les médias anglais, les journaux britanniques, les site web d'outre-manche, la télé irlandaise, mais nous serons forts !

Le vrai responsable, c'est cette petite coquine de 105 ans qui met des plombes à réagir, qui refuse de prendre la moindre décision, qui ne touchera jamais rien par archaïsme pur tout en nous faisant croire que c'est cool... On finirait par croire que ça l'arrange !


Rigolax : J'ai fait une analogie surbrutale à un irlandais devant un bar le soir-même : "A l'école, pour une dissertation, quand un élève se prend 1 sur 20, et un autre 4 sur 20, peut-être que l'autre a été meilleur, mais c'est pas pour autant qu'il a été bon, que je sache !
- Ah parce que l'Irlande, tu leur mets 4 ?
- Ouais, bon, 3 sur 20, si tu veux..."


Lien vers deux groupes Facebook fabuleux :
- IL N'Y AVAIT PAS MAIN SUR L'ACTION DE THIERRY HENRY
- POUR FAIRE REJOUER TOUS LES MATCHS OU LA FRANCE S'EST FAITE VOLER


Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 17:50
11 juillet 2010, l'horreur se produit sur le coup de 22h40...

Une ultime frappe désespérée de Pato envoie le ballon au dessus de la transversale, et la France vers un deuxième titre mondial en 12 ans. Au terme d'un parcours baroque "mi-chanceux  mi-scandaleux" qui a vu la France passer par une séance de tirs au but et deux prolongations, l'impensable s'est finalement réalisé. Et l'improbable devint réalité.

Avant même la joie et l'émotion, les premiers mots du sélectionneur Raymond Domenech sont pour le quotidien "L'Equipe" et tous les media "irresponsables, traitres, anti-français, qui n'ont jamais rien compris au football".


Aout 2010, un sondage étonnant paraît dans le Journal du Dimanche : "83% des français faisaient confiance au sélectionneur lors du dernier Mondial", pire "56% étaient certains d'une victoire finale"


Back to the future... 9 septembre 2009 : suite à la défaite française en Serbie, Domenech est quand même maintenu par une fédération décrédibilisée : menaces de mort, insultes, sondage unanimes... La France du foot est au moins convaincu d'une seule chose : il faut virer le soldat Domenech ....................... 10 mois plus tard, ce même personnage devient l'égal des plus grands...

2010, 1998... 1945 ?

Hier, mon sang n'a fait qu'un tour lorsque j'ai entendu à dix minutes d'écart que :
- (selon un sondage radio bidon) environ 85%  des auditeurs souhaitaient que Raymond Domenech soit viré immédiatement (manu petit militari)
- selon un consultant, Raymond Domenech était dans une situation plus compliquée que celle d'Aimé Jacquet au pire de son impopularité, et que jamais sélectionneur n'avait connu pareille défiance.


REMEMBER 1998

On va la faire mega-courte : Après 2 ans de matchs amicaux indigestes, une phase finale d'Euro  96 totalement moisie, une attaque inexistante, une absence totale d'équipe-type, les gens étaient au bord du gouffre et personne ne croyait une demi-seconde en un Mondial 98  "crédible" des Bleus. Au mieux, on pensait sortir des poules, et se faire battre lamentablement par le Turkmenistan

Aimé Jacquet était haï, il jouait la défense à burne, il avait viré Cantona et Ginola , il avait un accent de merde, une petite voix de vieux, il passait mal à l'antenne. A l'époque, même Jean-François Copé eut été plus crédible que lui (pour vous dire le niveau)

Pour les vieux fans de foot qui souhaitaient voir la France briller à domicile, c'était l'horreur. Les gens avaient presque des envies de meurtre : "quand je pense la génération de joueurs qu'on a !!! On aurait pu aller loin, et ça va être la catastrophe" pensait une écrasante majorité de Français.

Sans vous faire de grandes révélations sur ma "street life", j'ai même cotoyé de près une "tête pensante" du foot français qui me révélait que le "milieu" était terrifié, et se préparait à tenter de sauver les meubles devant le péril imminent. Ce même "milieu" militait pour un retour de Cantona en sélection, et avait des yeux de Chimène pour le "meilleur joueur français actuel" : Bernard Diomède

Et pourtant, l'homme, le sélectionneur, est passé du stade de "grosse sous-merde" à celui de "demi-dieu" en l'espace de quelques semaines...

Les Français avaient toujours aimé Jacquet (j'ai mis 10 relectures à comprendre la blague), il était une idole, l'homme du renouveau, un grand tacticien, un génie... La rédaction de L'Equipe fut donc (seule) rasée à la Lib... euh... après le défilé sur les Champs Elysées.

Loin d'avaler leur parapluie, le "milieu" disait à qui voulait l'entendre qu'il avait "toujours cru en Aimé Jacquet", etc, etc... qu'au contraire, c'est "d'autres" qui avaient milité contre lui de façon injuste... (de toute façon, il n'avait même pas le numéro de téléphone de l' Oberstrumfuhrer )

Perso, je n'ai pas peur de le dire : je n'ai JAMAIS cru un instant en Aimé Jacquet , j'ai toujours cru qu'on allait se planter, et je fus ravi que l'Histoire me donna tort, malgré cet sentiment d'inaltérable chance de Cocu (philip)

Avec le recul, et beaucoup de réflexion, j'ai réalisé (loin de moi toute hagiographie) que Jacquet avait "compris" avant tout le monde : il savait comment gagner une Coupe du monde puisqu'il savait comment la France les perdait depuis 60 ans.


LA FRANCE D'APRES

N'empêche, comme dans toute "belle histoire", la fameuse "part d'ombre" refait à un moment surface, et on a eu droit à l'analyse ultime du gars qui explique que "oui... mais non". En substance, A CAUSE de la victoire de 98, Jacquet a tué le foot français, devenu pauvre techniquement, ultra défensif, plus préoccupé du résultat que du jeu, en résumé : Footix

Ca me rappelle la réflexion délirante de Didier Roustan (que par ailleurs j'aime bien) qui disait que si on avait foiré en 2002, c'était à cause de notre victoire à l'Euro 2000.

Ah donc, si j'ai compris, il ne fallait ni gagner en 84, ni en 98, ni en 2002, pour pouvoir l'emporter en 2015 à la Coupe des Confédérations ? (non mais sérieusement, y a des gens qui le pensent). On oublie juste de dire au passage que l'Euro 2000 fut l'apogée du football : jamais une sélection européenne n'avait réalisé le combo : victoire + beau jeu + joueurs de rêves + scénario d'anthologie

Après la mythologie foireuse " Black Blanc Beur " issue de la victoire de 1998 , on eut droit au développement d'une autre "contre-mythologie" encore plus pernicieuse : celle de la "non-victoire"

En résumé, la France a bien été championne du monde, mais elle ne l'a pas "mérité", le football n'a pas triomphé puisque l'équipe qui ne faisait que défendre l'a finalement emporté. Aimé Jacquet était donc un "fossoyeur", il avait profité d'un tournoi à domicile, d'adversaires faciles et, pire que tout, avait VOLE le titre à la "Génération Platini ", seule équipe française qui le méritait vraiment.



FRENCH FLAIR VS RENE DESCARTES EXPERIENCE

Les français seraient-ils donc des gros chieurs de merde ? : d'un côté, uniquement amateurs de victoire, prêt à s'enthousiasmer au moindre succès, et à hurler avec les loups dès que le vent tourne ; de l'autre, jamais content, jamais satisfait, qui font toujours leur grosses pleureuses sous couvert d'analyse scientifico-footbalistiques à chier : il aurait fallu que ce soit toujours le contraire de ce qui s'est passé (et inversement)

Et si ce n'était pas ça justement, le "football à la française" ?

Elle devait être belle, la France, en 1946.......................
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 15:21
avant propos : je dédie cet article à mon ami Cocopaga, homme illustre, et membre honoris causa du vip room du GF38 = http://gf38.forum.st

A y regarder de plus près, la Coupe du Monde ressemble parfois à une gigantesque boîte de nuit avec musique pénible, spotlights vulgaires, et gros videur à l'entrée. Ce dernier personnage (la FIFA ) ne laisse généralement passer que les "habitués" (Europe et Amérique du Sud), quelques potes (Mexique ...), et un léger "quota" de noirs et d'arabes pour pas se faire "traiter". Cas particulier : les arabes riches font partie de la catégorie "potes" (Arabie Saoudite, essentiellement... mais ça fera l'objet de mon dernier article de tous les temps avant de me faire flinguer par les tueurs de la FIFA)

Premier constat : seuls les riches rentrent, le "quota" devant se contenter des miettes. Il y a aussi le cas de ces habituels trop bourrés qui ne peuvent pas rentrer (et attendront l'édition suivante). Reste cette impression de "déjà vu" parmi la liste de participants à la soirée......... Analyse et retour sur le foutage de gueule du siècle


CONTENU ET CONTENANT DU LIEU SUS-NOMME DERECHEF

Le VIP se décompose en 3 parties :

1) l'entrée (1er tour) : avec le vestiaire, les filles qui gerbent dans les toilettes (ou pas), le petit bar sur le côté qui propose quelques boissons chaudes hors de prix pour les timides qui rentrent pour la première fois. En principe, les habitués ne font qu'y passer rapidement, alors que les "huceaux" en feront tout un plat et raconteront à leurs copines (folles de jalousie) pendant des mois qu'ils y étaient...

2) la piste de danse (2ème tour/8ème/quart de finale) : là où les choses sérieuses commencent. Rencontres (Grégory) couperets, malentendus scabreux, décisions incompréhensibles : allez vous choper "grave", vous faire draguer, vous effondrer devant tout le monde ? La nuit vous appartient, et on vous attend au tournant pour réaliser l'exploit improbable dont on parlera le lendemain matin au petit déjeuner (sur le coup des 15h30)

3) le VIP ROOM (1/2 finale et finale) : ce qu'il y a de bien avec les endroits "select", c'est qu'il y a même du "select" dedans. Depuis l'apparition de la discothèque "Coupe du monde" en 1930, seulement 24 équipes différentes (en 18 éditions) ont déjà visité le VIP. Alors, hype ou pas hype ?


PORTRAIT DE LA JET SET DU FOOT

Encore une fois, on peut diviser les "people" en 3 catégories :
- les True VIP
- les invités
- les "one shot"

Par place dans le "Vip room", j'entends : demi-finales, tour final (1950) ou match pour la 3ème place (1974-1978), il s'est distribué 72 cartons d'invitations depuis 1930.

remarque préliminaire : à ce niveau-là de hypitude absolue, le "quota" est bien entendu refouler à l'entrée comme une merde... faut pas déconner non plus !


1) les TRUE VIP : Brésil , Italie , Allemagne , Argentine

Ce que j'appelle souvent le "big four" (parce qu'ils sont 4... non, parce que s'ils étaient 3 ou 5, ça s'appellerait pas comme ça, en fait... ou pas), ceux qui sont tout le temps là, et ceux qui vont souvent très loin (même si l'Argentine plombe un peu les stats par moment) a réussi à choper 33 places de "vip-istes", soit 46% à eux quatre !! Et il va de soit que si on rajoute les fois où ces quatre équipes se sont éliminées entre elles juste avant l'entrée dans le VIP, ça aurait pu tourner aux alentours de 60%..........

Depuis 1930, il y a TOUJOURS au moins un membre True Vip en demi-finale (6 fois sur 18), très souvent deux (1 fois sur 2), 3 fois trois des quatre. Détail glucose, la 1ère fois où cela est arrivé a coïncidé avec la plus belle coupe du monde (1970), et la dernière fois avec la pire de tous les temps (1990).

Stat hallucinatoire : l'Allemagne a participé à 11 demi-finales en 18 éditions... sachant que sur les 7 restantes, elle n'est pas venue 2 fois (1930 et 1950), elle a été boycottée à l'époque du nazisme donc a foiré lamentablement au 1er tour en 1938, et s'est faite éliminée juste avant les demis en 1962, 1978, 1994 et 1998.


2) les INVITES : 3 sous-catégories

# les réguliers : ceux qui sont venus 3-4 fois, de temps en temps, histoire qu'on ne les oublie pas trop, et qu'on se souvienne qu'ils sont hype et funky fresh :
---> France (1 titre, mais 5 entrées dans le VIP room!) , Pays-bas (2 finales tout de même) , Suède (on croirait pas mais 4 demi-finales et une finale)

# les pique-assiettes : ceux qui viennent rarement, foutent pas forcément une grosse ambiance. Ont généralement réussi à pécho 2 invits sur un coup de bol, mais ne comptez pas sur eux pour devenir des réguliers
---> Angleterre (1 titre offert en 66, une demi-finale malentendue en 90 puis nib) , Pologne (74 et 82 puis rien) , Portugal (1966, youpitralala puis apparition fantomatique en 2006)

# les "has been" : ceux qui ont eu été les stars du VIP mais que l'âge, les rides et le bide n'ont pas arrangé. Généralement portés disparus depuis plus de 30 ans.
---> Uruguay (2 titres puis perdu de recherche depuis 1970) , Tchécoslovaquie et Hongrie (2 finales chacun !) , Autriche (a eu payé dans les annés 30 et 50, puis jamais reviendu)

Sur les 10 invités que compte le VIP, 7 sont déjà allés en finale... ce qui prouve que c'est quand même la classe...


3) les ONE SHOT : 3 sous catégories aussi... De ces 10 pays, aucun n'est allé en finale... peut-être pas un hasard !

# les organisateurs : franchement, si la Coupe du monde n'avait pas été chez eux, ils n'auraient même pas passé le 1er tour, mais Public + arbitrage + pression positive + dopage + arbitrage scandaleux + chance + calendrier + arbitrage de merde = une place en demi-finale : Chili en 1962 et Corée du Sud en 2002 (années en 2 ?). Mais bon, c'est normal que le gars qui organise puisse rentrer où il veut, non ?

# les "générations spontanées" : bien que n'ayant jamais vraiment compris le concept, j'englobe dans cette catégorie toutes les sélections qui avaient des joueurs assez monstrueux et qui n'ont pas forcément eu un parcours simple pour arriver en demi-finale. Ca nous donne : URSS (1966), Belgique (1986), Bulgarie (1994), et Croatie (1998)

# les "malentendus/gros coup de bol" : ceux qu'on sait pas pourquoi ils y sont allés, mais de toute façon, on a plus jamais entendu parler d'eux... peut-être que sur un autre mega coup de bol, ils reviendront mais les spécialistes demeurent sceptiques : la 1ère Coupe du monde de 1930 nous a donné 2 demi-finalistes inédits : USA et Yougoslavie, qui se sont très très rarement approchés de nouveau du carré. l' Espagne en 1950 lors du tour final , et la Turquie en 2002 qui a profité d'un parcours de merde (Japon puis Sénégal) pour se retrouver là


BILAN PREVISIONNEL DES FLUX PONDERES (A TAUX VARIABLE)

J'suis d'accord, tous ces chiffres et stats ne veulent pas dire grand chose mêmes si certains parlent d'eux mêmes ! (y compris au niveau du vécu). On remarque que les derniers tours de la Coupe du monde vont au delà du simple "trust", du monopole sportif. Certains "grands" semblent invités d'office dans le dernier carré, d'où cette dimension "VIP".

Pour preuve, a-t-on déjà vu le Brésil, l'Allemagne et Cie douter au moment d'affronter une petite équipe en 8ème de finale ? Peut-être à raison... (le reste appartient à la théorie massive du complot)

L'analyse purement sportive pourrait arriver à la conclusion que, souvent, les "gros" ont eu des équipes pour bien figurer, mais les maigres fois où ils ont été à la merci de quelques outsiders, ils sont passés 90% du temps.

Chance ? Expérience ? Arbitrage foireux ? Volonté de la FIFA que les grands aillent au bout pour le prestige de l'épreuve, et pour ne pas que le tournoi finisse sur un Togo - Chypre ? Un petit peu de tout...

Le tirage au sort y est pour beaucoup : les "têtes de série" (dont les 4 gros) sont réparties dans des groupes différents, finissent souvent 1ers donc ne s'affrontent pas au tour suivant, le gagnent d'ordinaire pour finir par se rencontrer en quart ou en demi.  Mais rien n'explique sportivement l'omniprésence de ces quatre équipes au plus au niveau de la compétition à CHAQUE FOIS. L'Italie a crié au scandale en 2002 après s'être logiquement inclinée contre la Corée du Sud, mais a-t-on entendu quelqu'un sur tous ces fameux huitièmes, quarts et matchs de poule où le coup de sifflet tombait invariablement du bon côté afin que les "légitimes" puissent paisiblement se qualifier pour le tour suivant ? (je vous fais pas la liste des matchs, j'en ai mal au crâne par avance...)


BACK TO THE FUTURE 2010 ?

Le Mondial sud-africain risque d'être une belle pagaille, la faute au combo destructeur :
nécessité de bien arbitrer les africains chez eux (voire de les aider à se qualifier)
+ nécessité que l'Afrique du Sud aille le plus loin possible
+ pays émergents de plus en plus forts et qui acceptent de moins en moins de se faire empapaouter par l'arbitre
+ hémisphère sud et son climat spécial qui aide pas tout le monde (seulement la 5ème coupe hors hémisphère nord)
+ pelouse africaine sans rapport (cf article d'anthologie de Footu sur la question)
+ Brésil qui se la raconte, Allemagne balbutiante, et Italie toujours nulle après avoir gagné quelque chose
= ouverture du VIP room ?

Mon p'tit prono est qu'on aura nécessairement :
- une grosse équipe européenne (Angleterre, Allemagne, France)
- un sud américain (Brésil, Argentine)
- un "guest" style Pays-bas, ou un européen jovial jamais arrivé à ce niveau-là
- une équipe Africaine ou Asiatique

L'Afrique va-t-elle "désembourgoiser" le foot ? Y aura-t-il un peu de nouveauté et de fraicheur sous les bras ? Réponse fade dans un peu plus de 330 jours...


Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 00:51
Il y a des fois où on est triste que Raymond Domenech et José Mourinho soient en vacances...

Cela avait commencé cette semaine avec la vraie/fausse annonce de la mort du leader démocratique gabonnais Omar Bongo (41 ans de démocratie parlementaire partagée d'affilée). Il est vrai que la question était difficile :

"Est-ce qu'Omar Bongo est mort ?
- Non...
- Mais... regardez ! Il est tout froid là, il bouge plus, ça fait même plus "
bip bip" son appareil, là...
- Nous ne voyons pas de quoi vous parlez, et de toute façon, nous ne connaissons pas cette personne. Nous ne sommes au courant de rien."

(2 jours plus tard)
"Ah, au fait, on vous a dit qu'il était mort ?
- Qui ça ?
- Notre président bien aimé, vous savez, celui qui est mort depuis 10 jours..."


Dans la même veine, on a un Kaka qui refuse de signer au Real Madrid , qui dit qu'il n'a même pas été approché, qu'il restera au Milan AC , puis qui annonce fièrement son départ en disant qu'il est heureux que ça se soit fait.

Et si toute cette comédie n'était qu'un début ?? (cris d'effroi)


LES ECLAIRS DE GENIE

Syndrome du lendemain de cuite ou non, on a eu droit à un fabuleux "double double". Tout d'abord, Benoît "Marcel" Hamon, tout juste revenu de vacances européennes, nous gratifie d'un :

"La droite est unie, elle gagne. La gauche est divisée, elle perd."

On pensait la phrase imparable mais trop définitive. C'était sans compter sur Franz "4ème Reich" Beckenbauer qui nous balance dans les gencives :

"Je ne vois plus que deux options : soit Ribéry prolonge, soit on le laisse partir"

Ouch !! Ca fait mal ! Donc si on comprend bien : soit c'est pile, soit c'est face ?  Dans la vie, on a le choix ou on l'a pas ? C'est oui ou c'est non ? Brutalité excessive du propos...


REMISE EN CAUSE D'UNE IDEOLOGIE ANTICONSENSUELLE

Et si tous les "l'important c'est les trois points", "le groupe vit bien", et "on prend les matchs les uns après les autres" étaient au final des phrases pleine de sens ?

Dire que "l'important c'est le 3 points" n'est pas une évidence en soit, pire ! C'est une dénonciation tacite du système de valeur propre au football "tout marketing" qui polluerait les pensées des joueurs : l'important, c'est le résultat CAR ce n'est pas le spectacle, ce n'est pas le jeu, ce n'est pas même "l'humain".

Le sportif est une marchandise, il n'a pas le choix sauf celui de changer le champ de ses priorités : "les trois points d'abord, la vie et le football ensuite..."

Triste, mais vrai...


Bonus track : Florentino Perez à Sir Alex Ferguson à propos du recrutement de Cristiano Ronaldo au Real Madrid : " 94 millions d'euros, c'est cher pour une pute !". Aurons-nous aussi droit au latex et aux menottes ?
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 08:55
Crise économique ou pas, les français sont toujours plus nombreux dans les stades, malgré une offre assez catastrophique. Les rares "blockbusters" type "OM PSG" ou "Lyon Bordeaux" s'avèrent être des pétards mouillés, et on aurait préféré que les producteurs mettent plus d'argent dans le scénario et les acteurs que dans les effets spéciaux.

Pourtant, les grands argentiers de la Ligue 1 en veulent toujours plus ! D'où l'appel lancé aux politiques à légiférer sur la question de la diffusion de matchs de football sur internet.

La loi ASTRAPI (pour "Autorité Sécuriste de Traitement Affinitaire de la Piraterie Illégale") a finalement été passée hier après-midi au Sénat. Elle vise à enrayer le désintérêt des gens pour la Ligue 1 en empêchant les internautes de voir les matchs en différé sur des chaînes chinoises, ainsi que de consulter les vidéos de youtube , et autres plateforme vidéo, traitant de football (de l'origine à nos jours)

Les internautes pris en flagrant délit se retrouveraient soumis au régime de la double peine (cf le très bon article réactionnaire de Footu sur le sujet) = "coupure de la diffusion" + "interdiction d'entrée dans les stades" (ainsi que dans les bars qui diffusent les matchs)


CRITIQUES DE LA RAISON DURE

Le sujet de l'interdiction des vidéos de matchs de L1 sur youtube fera l'objet d'une dissertation de philosophie "l'histoire peut-elle être illégale" (vous avez 4 heures). A partir de quand a-t-on le droit de voir les buts marqués dans le championnat ? N'est-ce pas générateur de buzz ? La volonté des gens de voir les buts ne montre-t-elle pas un attachement de ceux-ci, voire un début de passion possible pour ce championnat qui en manque tant ?

Revenant plutôt sur le vrai débat qui fait mal : "la diffusion gratuite de matchs en direct"

Déjà, quand on parle de direct, on parlera plutôt de "léger direct de 2 à 5 minutes" (voire 25 minutes si vraiment vous avez pas de bol)

Rappelons le difficile périple de l'affreux internaute pirate basiste. En préambule, sachez que les chances de voir un "petit" match sont quasi nulles (mais sur un malentendu, y a toujours moyen de toper un Guingamp - Montpellier )

- avoir les connaissances informatiques suffisantes : 3% des gens ont abandonné

- avoir un PC parce que 95% des logiciels fonctionnent pas sur Mac : taux d'abandon 7%

- trouver un site qui donne les diffusions des matchs, et updater son réseau vu qu'ils ferment tous : taux de renoncement 11%

- installer les logiciels chinois pas traduits : taux de "give up mother fucker" 19%

- tomber sur un serveur qui marche pas : à ce stade, un quart des gens ont stoppé net, et sont descendus au bar d'en bas

- tomber sur une dizaine de serveurs qui fonctionnent pas, puis finalement mater 30 secondes du match, dire "ça y est, chérie, ça marche" puis se taper un freeze de 3 minutes : taux de défenestration 42%

- persister, consulter les forums, trouver un serveur alternatif qui donne une adresse Ouzbekh qui passe le match en HD ready : taux d'évacuation des eaux 56%

- se rendre compte que le match n'est pas en HD, pas en hertzien non plus, d'ailleurs on arrive tellement pas à distinguer les joueurs qu'on se demande si on regarde le bon match : 68% des gens sont allés se coucher

- ingurgiter sans broncher les commentaires en arabe, hongrois, polonais ou chinois : 75% des gens ont préféré se brancher sur RMC, Europe ou RTL

- se rendre compte aux réactions des voisins d'à côté, au "refresh" de l'Equipe.fr et aux commentaires radio que le match est en différé de 8 minutes : 86% des internautes sont en train d'écrire leur lettre de résiliation d'abonnement

- rester zen malgré le coup classique du "freeze pendant le but" à la Amélie Poulain : C'en était trop pour 91%


- éviter de se demander pourquoi on regarde un match de Champions League sur son écran 14 pouces, avec 8 minutes de léger direct, avec une qualité d'image pourrie, des commentaires saturés en turc, et des coupures permanentes, alors qu'on pourrait le mater avec des potes abonnés à Canal + : 97% des gagnants avaient tenté leur chance

Donc, grosso merdo, 3% de pirates masochistes, et une loi rien que pour eux ! Question de priorité, on aurait préféré un plan social pour sauver le foot français


Et dire que pour les mp3 et les films, c'est pareil...


 p'tit lien au passage : http://toutlemondesenfout.open-web.fr ---->
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 18:27
Je vais pas vous sortir un commentaire de beauf du genre "ouais, beinh si c'est pour faire le ridicule, autant pas y aller à la coupe du monde !!" parce que l'événement se suffit à lui-même, et en faire partie est en soit un privilège, un honneur. Et sincèrement, je crois qu'il est toujours mieux d'y participer au risque d'en être un acteur rapide et faiblard, qu'en tant que spectateur frustré (1994........)

La Coupe du monde est une compétition à part, hors norme, répondant à des principes transcendants et quasi "historicistes". Les surprises sont rares, les constantes sont nombreuses, les erreurs du passé se répètent, les vainqueurs d'hier seront toujours les vainqueurs de demain, et les losers magnifiques ne peuvent jamais vraiment se défaire d'un destin poisseux... de telle sorte qu'on ne sait parfois si on nage en pleine série télé, ou si la FIFA est bel et bien une vraie mafia (peut-être un peu des deux...)

Quelques chiffres à rappeler pour ceux qui n'ont pas suivi les épisodes précédents :
- 18 éditions (1930 à 2006)
- seulement 7 vainqueurs (dont la France et l'Angleterre organisateurs une fois)
- vainqueurs compris, seulement 11 pays ont atteint la finale
- les 4 plus "gros" palmarès (Brésil, Argentine, Italie, Allemagne) n'ont, à eux tous réunis, raté qu'une seule coupe du monde, et c'était l'Argentine en 1970... l'Uruguay en a récemment foiré un peu plus, mais c'est un pays de faible population... (donc ça compte pas)

Ces chiffres qui fleurent bon le "trust" pourraient laisser à passer qu'il y a "toujours les mêmes", et il est vrai que concernant les qualifications, il y a 3 catégories de pays : ceux qui sont quasiment sûrs de se qualifier à chaque fois (j'y reviendrai dans un prochain article), ceux qui se qualifient quand ils ont une bonne génération et/ou quand ils ont un demi-dieu dans leur effectif, ceux qui se qualifieront jamais quoiqu'il arrive...



ET LA FRANCE DANS TOUT CA ?


Pour la faire courte, la France fait partie de la 2ème catégorie : depuis l'après-guerre, la France n'a connu que 3 "vagues" de qualification

- 1954 / 1958
- 1978 / 1982 / 1986
- 1998 / 2002 / 2006

... avec un petit intrus en 1966, mais l'équipe avait pu compter sur les performances catastrophiques de la Yougoslavie pour se qualifier sans jamais vraiment être inquiétée.

Ces 3 périodes correspondent à l'émergence d'un meneur de jeu sans qui, après coup, on se rend compte que toute qualification aurait été impossible, à savoir :

- Kopa
- Platini
- Zidane

Et c'est, semble-t-il, ce que souhaite, confortablement installé sur son gros nuage, le Dieu du football... L'équipe de France devra se qualifier pour la Coupe du monde si elle propose un grand meneur de jeu ou alors niet !

Toutes les autres tentatives de jouer avec des joueurs moyens dans un système moyen (que certains qualifieront de "à la française") se sont soldées par d'effroyables échecs :

- 1950 : une équipe de France torchée de volée par la Yougoslavie se trouve repêcher par la FIFA, mais déclinera l'offre tellement elle était nulle...

- 1962
: alors qu'elle avait 2 chances "au grattage" de qualification en poule, puis en playoff, la France se fait assassiner 1-0 à 2 reprises contre la Bulgarie (dont un but contre son camp, et un but à la dernière minute si je dis pas de connerie)

- 1970 : en pleine nervous breakdown de la fédération et multicrise institutionnelle (tiens, tiens...), la France se fait humilier par la Suède et la Norvège (dont un mythique 0-1 à domicile contre cette dernière)

- 1974 : la France finit dernière d'un groupe composée de la grande URSS et de... l'Irlande (argh) loin d'être au top de sa forme. Anecdote : si elle s'était qualifiée, elle aurait pu rencontrer en playoff qualificatif le Chili du grand démocrate Pinochet, évitant du même coup à l'URSS d'abandonner la qualification sur tapis vert (parce qu'en France, sport et considérations politiques, ça fait vraiment 3...)

- 1990 : grâce à quelques contre performances mythiques face à la Norvège et à Chypre, la France finit 3ème et première non-qualifiée de son groupe dans l'indifférence générale (par solidarité, l'Angleterre réussira le même exploit)

- 1994 : est-il encore besoin d'en parler ? Il reste un seul point à prendre, plus que deux matchs à domicile, dont un contre Israel qui n'avait encore jamais gagné un match de la phase qualificative... et ça finit par un but à la dernière seconde de Kostadinov...

Et pour finir sur une note "statistique à la con", la France n'a jamais réussi à disputer 4 coupes du monde d'affilée de toute son histoire ! (arrêt au stand en 1950, 1962 et 1990)

Est-on vraiment parti pour que ça change ?



ET DONC ?

Je suis pas spécialement amoureux de Gourcuff ou de Nasri , mais je pense sincèrement que si l'un ou l'autre ne devient pas rapidement un "GRAND" joueur (disons, d'ici une dizaine d'heures), l'équipe de France ne pourra pas se qualifier, parce qu'il aura été décidé qu'elle ne doit PAS se qualifier (mais si, vous savez, le gars là-haut)

rapide test : Vous vous rappelez qui était meneur de jeu en 1989 et en 1993 ?? (en même temps, je sais même pas s'y en avait un, alors...)


Tout ça pour dire qu'on est pas dans la merde...........

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 15:44

Faisant sienne la réplique culte de notre idole Tom Berenger dans Sniper : "Y a pas de pédés dans la jungle", Marcello Lippi, sélectionneur de l'équipe d'Italie vice-championne du monde de football, a récemment fait encore plus fort avec un : "Il n'y a pas d'homosexuels dans le football" lors d'une émission diffusée sur Youtube.

Ayant raté l'affaire de la banderole lyonnaise sur Pape Diouf lors du match des "olympiques" (qui a très bien porté son nom tellement on se serait cru aux JO de Londres de 1944), je me devais ici de réagir en  bon Jean-Michel Apathie du football...

Pour des raisons aussi bien sociales que faussement philosophiques, il semble aujourd'hui impossible d'attaquer les "entités" (le terme "communauté" me semble réducteur et peu pertinent) : noir, arabe, ch'tis, sudiste, breton, juif (quoique...) dans notre petit monde du football. "Le racisme, c'est mal", et de nombreux messages et journées d'action de la part de toutes les fédérations sont là pour le prouver. Rien qu'en janvier, on trouve :

- 6 janvier : journée contre le racisme envers les gens qui souffrent

- 8 janvier : journée française contre le non-respect envers l'homme de couleur

- 12 janvier : journée européenne multi-ethnique d'action contre le racialisme dans le football professionnel

- 15 janvier : journée mondiale de l'amitié entre les races

- 18 janvier : journée pour le respect des différences

- 21 janvier : jour d'action globale contre la souffrance et la méchanceté

- 24 janvier : journée française pour le respect de l'Africain qui parle le français

- 27 janvier : journée internationale du gars qui n'a pas la même religion que nous

- 31 janvier : journée du godiveau au Carrefour de Poissy, parrainée par Eve Angeli (mais je vous laisse juger du lien avec cet article...)

Ne restent ainsi, pour se foutre de leur gueule, que les asiatiques et les homosexuels. Tandis que les premiers semblent encaisser sans broncher tout un paquet d'humiliations sporadiques, mais bien abusées (ex: le footballeur "jaune" est petit, chétif, mange du riz avec des baguettes... et se suicide comme un ninja en se faisant sayonara, qu'il soit vietnamien, coréen, chinois, thailandais ou japonais... de toute façon c'est la même chose), la bienséance veut que l'homosexuel soit considéré comme un parasite dans un sport collectif comme le football (le rugby a fait une croix dessus depuis les calendriers des dieux du stade et les révélations sur le jeu de la biscotte)

Dans la foulée des dirigeants anglais de Tottenham qui luttent contre l'homophobie à leur façon en appelant à la dénonciation (tiens, ça me rappelle un truc...) des supporters qui seraient allés un peu trop loin avec Sol Campbell , le football européen semble généralement plus lutter contre le concept même d'homosexualité, considéré comme une insulte, que contre sa "criminalisation" (ou tout du moins le fait qu'on les aime pas et qu'on leur fait bien sentir)

Ainsi le fait de dire "arbitre enculé" ou "Pape Diouf, tes initiales te vont si bien" n'est pas tant un délit en soi parce que homophobe, mais bien parce qu'on pourrait laisser entendre que la personne incriminée serait  ce que l'on pense d'elle : "un gros PD de merde" (je vous conseille à ce propos le très bon article du blog XIII )

Le seul contre-exemple dont je me souvienne fut celui des inscriptions à l'encontre de Claude Leroy (alors entraîneur de Strasbourg) dont certaines antisémites ( "Leroy sale juif") avaient été commentées par quelques media : "c'est un scandale !! Et en plus, il est même pas juif !" (grandiose)

Là où je veux en venir, c'est qu'à mon humble avis, on ne va pas "assez loin". A quoi bon sanctionner l'homophobie alors qu'on pourrait l'encourager ? (mais toujours dans le respect de la dignité humaine).

Et puis, cela permettrait au moins au football français de retrouver un peu de sa grandeur passée, de se resituer sur l'échiquier européen  en annonçant à qui mieux mieux : "on marque p'tre pas de buts, mais on n'est pas des tapettes pour autant !!"


Un système de bonus/malus pourrait directement être rattaché au "classement des tribunes", et fonctionner ainsi :

- "hoooo hiiise enculé !" : + 1 point au classement des tribunes


- supporter pris en flagrant délit d'insulte à un joueur (adversaire ou non, l'important étant qu'il soit ce qu'il soit) type "sale pédé, j'vais t'enculer !" : + 2 points


- chant repris en coeur "X = enculé" ou "X on t'encule" : + 5 points


- pancarte peu visible ouvertement homophobe (ex: image douteuse où l'on voit un joueur en action ) : + 10 points


- pancarte très visible de bonne facture (ex: un truc avec le PDSG ) : + 25 points


- pancarte très visible et très joviale (ex: les pédés au bûcher) : +100 points



Comme dirait Nikos Aliagas : "Qu'en pense Madame la directrice ?"


 


ps: l'idée du "classement" était à l'origine une référence libre au très bon article de Clash Foot sur la non-sanction de l'OL pour homophobie (en principe moins 8 pts) qui s'est pris seulement 2 points de malus pour le fun (même si au final, on y comprend plus rien...)

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 11:48
Répondons de suite à la question posée : OUI, mais c'est  pas trop de sa faute...

Le cinéphile et le fan de foot ont au moins une différence de taille : tandis que le premier pousse rarement le vice jusqu'à regarder en entier une oeuvre merdique, et pratiquera souvent le jeu du "j'appuie sur stop/ je sors de la salle", son camarade footeux, dans un élan de masochisme hallucinatoire préfèrera souvent boire le calice jusqu'à la lie "au cas où"... occasionnant souvent des soirées laborieuses entre potes qui finissent dans une vague  alcoolique d'endormissement, des sorties aux stades "j'aurais mieux fait de me casser une jambe"-style, sans parler du France-Roumanie du dernier Euro sous forme d'appel au meurtre...

Parce que, oui, ne nous leurrons pas, les Américains ont raison sur une chose, un sport qui finit aussi souvent sur le score de "0-0" peut-il encore avoir le statut de divertissement ?? Serait-ce immagineable des films ou séries télé sans héros, sans histoire, sans scénario, sans dialogue, sans rebondissement, etc ?.......... puis la "Nouvelle vague" est arrivée (mais c'est un autre débat)
Mais sinon, c'est kif-kif entre ciné et foot... peu de pépites pour beaucoup de désillusions...

A la question d'une amie qui me demandait ce que les mecs aimaient dans le foot, j'eus une réponse "Mars contre Vénus" assez délirante, mais pas si merdique que ça (enfin, si, un peu...)

Considérant que les femmes sont globalement plus fans de série télé, et que les mecs sont globalement plus fans de football. Les deux reposent sur le même schéma : un système de "saisons", des personnages principaux, des méchants, des rebondissements plus ou moins bien trouvées, des "spin off" (autre série avec même perso / autre compétition), pour au final un dénouement sous forme de révélation apocalyptique... les masques tombent, la solution devient évidence, youpi tralala... jusqu'à la saison prochaine.
Nonobstant, le fan de série TV aimera être tenu en haleine toute la saison, bien aidé en cela par les scénaristes qui font preuve d'une homogénéité suffisante pour qu'il n'y ait pas un "trou" de plusieurs épisodes chiants d'affilée ; en soit, un plaisir continu et auto-suffisant, avec quelques grands moments, et un climax final pour récompenser la fidélité...
Tandis que notre ami footeux sera capable de se prendre dans la gueule des matchs de merde sans buts, des défaites humiliantes, des déplacements dans le froid, des relégations... tout ça pour de maigres victoires (seuls vrais orgasmes), et des espoirs de palmarès "toujours recommencés" (= sur-référence libre et brutale à Valéry...). D'où une logique de plaisir par la frustration aussi bien dans la défaite que dans la victoire : qui est le plus à plaindre ? Le supporter d'un club qui vient de remonter en 1ère division après des décennies de purgatoire, ou le supporter d'une équipe qui gagne tout le temps le même titre et qui, du coup, ne ressent "plus rien" ?

Toujours est-il que les fans de foot se divisent généralement en 2 catégories :

- d'un côté, le geek, no life, supporter ultra, célibataire, accro jusqu'à la moelle, borné, fou furieux, qui quoi qu'il arrive suivra le foot, et ratera un match tous les 8 ans (donc peu de risques de rater le bon... quoique...)

- de l'autre, le fan de foot soumis à diverses contrariétés (vie de couple et/ou enfant, travail prenant à horaires variables, partenaire anti-foot qui l'oblige à pratiquer son activité en cachette, problèmes de télé/internet...)

Et c'est bien ce dernier, la vraie victime du foot moderne ! La première catégorie n'en a rien à foutre, elle est masochiste, elle suivra le foot quoiqu'il arrive, elle profitera des 0-0 pour boire des vins chauds et délirer avec ses potes, elle se réjouira des quelques grands matchs, mais elle vivra sa "passion" (entre guillemets) quoiqu'il arrive. Mais que faire quand on doit "choisir ses matchs" ? Quel est le bon moment pour sortir la carte  "chérie, ce soir, c'est le match de l'année, faut que je le vois !!", et quel réaction avoir suite à un match moisi ?

Malheureusement, il est impossible de savoir à l'avance quel va être un bon match, même si certains indicateurs peuvent le laisser entendre : niveau de l'équipe, avancement dans la compétition, match "couperet" (ou "à 6 poingues", dixit "Coche" Courbis), mais généralement c'est peu payant ! Un classique anglais peut se transformer en déjection canine, de même qu'un faux "clasico" français peut devenir un vrai match de rêve... (plus rarement, il est vrai)


Pour ma part, j'ai réussi en moins de 10 jours un hat-trick assez saisissant :
- Lyon - Marseille : 0-0, vu du début jusqu'à la fin
- PSG - Twente : 4-0, on est arrivé en fin de 1ère mi-temps (le 1er bar ne diffusait pas le match),  pour partir un quart d'heure avant la fin (je n'appris que le lendemain qu'ils avaient fini par l'emporter)
- Monaco - Bordeaux : 3-4, je me barre à la mi-temps (ayant même raté un but) sûr de mon coup : "Bordeaux ne reviendra pas, ils vont faire le coup de Marseille", et la radio m'endort même sur un "aaaahlalaaaaaa !!! 3-0 pour Monaco !!!".... Bingo, ils mettent 4 buts en une demi-heure, et ça devient le match de l'année !!


Tout ça pour dire que si vous connaissez un "nouveau" supporter, ayez un minimum d'indulgence, c'est un petit être qui souffre... quant aux supporters '"old school", à défaut d'un spectacle plaisant, profitez en pour vous alcooliser avec eux, c'est toujours ça que les Allemands n'auront pas...

Pffff... Et dire qu'y a des cons qui poussent le vice jusqu'à ouvrir des blogs qui sont consacrés à ce sport (rires enregistrés)
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 15:01
A mettre sur le même plan que le "Govoulagate", cette question me taraude, en effet, depuis des lustres (en bronze) : "l'alcool peut-il sauver le foot français ?", je m'explique...

Depuis toujours, l'exemple anglais m'interpelle, y compris au niveau du vécu. Bien qu'ayant inventé ce sport, les Anglais n'ont jamais été connu pour être totalement géniaux en football, ou alors à de rares exceptions près. Pourtant, leur palmarès en Coupe d'Europe est incomparable avec leur voisin d'outre-manche (a.k.a. nous).

- 6 Coupes de l'UEFA (je vous évite le passage sur la Coupe des villes de foires)
- 8 Coupes des vainqueurs de coupes
- 11 Coupes d'Europe des Clubs Champions / Champions League !!!!!!!!!!!!!!
Le tout avec un gros trou dans les années 80 (suspension post-"Heysel"), et des débuts sous forme de "on vous laisse entre vous, on reviendra d'ici une dizaine d'années pour voir comment ça se passe..."

Côté français, une C1 ainsi qu'une petite C2 (dont une grâce à Noah et l'autre grâce à Massaro)

Et je parle même pas des clubs écossais...

"Mais bordel, comment font-ils ?" dira le bon père de famille. Beinh, pffff... j'en sais trop rien, et c'est bien cela qui m'intrigue...

Sans racialisme aucun, réalisons donc ensemble le portrait-type de "l'anglo-britannique" :
- grosso merdo un blanc (à 90%... j'ai pas les stats, n'insistez pas)
- plutôt maigre, voire chétif, enfin rarement une baraque de 2 mètres... ('fin, de corpulence quasi-française, quoi)
- de religion et culture "occidentale" au sens large
- ayant une culture ouvrière/populaire/de masse importante
- sens de l'humour total et extensif
- Monarchiste
- grande culture de club
- aux portes de l'alcoolisme

A y regarder de près, seuls les 4 (voire 5) derniers points semblent les différencier du "français".

Passant sur l'aspect sociétal "culture ouvrière", le pauvre anglais comme le français jouent plus au football que le riche qui jouera au rugby en Angleterre, et en France au..... beinh à rien du tout en fait...
Quant au sens de l'humour, c'est plutôt le problème inverse. A ce propos, Mourinho disait lors d'une interview que le français avait une vision "humoristique" du foot (ce qui est vrai, mais ce qui est un autre débat)

Monarchiste ? Beinh pffff, oui, le "god save the queen", c'est bien beau, mais à part en 1966, c'est pas vraiment ça qui a fait gagner... (c'est plutôt calendrier + arbitres + FIFA + arbitres + Rous)

Grande culture de club ? Il est vrai que l'amour du "club" est sans commune mesure en France et en Angleterre, mais les principaux foyers de "clubitude" français ont tellement peu apporté au palmarès européen que la question semble être ailleurs...

Ne reste plus que l'alcool...

Hormis le fait qu'on a tous en tête des images d'étudiantes anglaises Erasmus mortes bourrées, dans nos contrées, après ingestion d'hectolitres de boissons diverses, la relation exacte de nos populations à l'alcool semble un sujet "flou", quasi-ignoré. Les deux pays boivent, c'est une évidence, mais j'ai toujours en mémoire l'anecdote (qu'on retrouve assez souvent) d'un ami parti un an dans les îles britanniques qui me racontait à son retour le degré d'alcoolisme de sa tranche d'âge. Gros buveur, il entama sa première soirée sans appréhension aucune, et but anecdotiquement ses trois pintes réglementaires. C'est alors qu'il se rendit compte de l'horreur. Ca n'était pas la fin de la soirée, mais bien le début du commencement !
Quelques autres pintes plus tard (là où ses collègues britanniques en avaient bu le triple) et de gros problèmes en sus, l'évidence était faite : niveau alcool "ils ne sont pas sur la même planète que nous". Et c'est bizarrement la réflexion que je me fais quand je regarde le football anglais. Vous voyez pas où je veux en venir ? Attendez la suite...

Quand on pense "footballeur anglais de base", on imagine un gars peu technique, qui tacle au niveau de la carotide, et qui va au charbon jusqu'au coup de sifflet final. Et le footeux français dans tout ça ? Un gars p'tre plus doué techniquement, mais super mou du genou, qui frappe jamais de loin parce qu'on le lui a interdit à l'école, au mental super faible, qui calcule en permanence ("en fait, faut essayer de gagner 1-0, mais vu qu'offensivement ils sont meilleurs, faut défendre pendant 75 minutes, puis si on s'est pas pris de but, on essaye de faire le pressing, et si on marque sur un coup de bol, tant mieux, sinon tanpix"), et qui se bouge quand il est déjà trop tard...

Pour résumer, un guerrier d'un côté, une loser de l'autre. Azincourt, Braveheart, ça vous dit rien ?

Mais alors, POURQUOI les Anglais et les Français sont si différents ? Et c'est là où je sors la bombe : "le niveau d'alcoolémie" (vu que nous sommes des petits joueurs, à côté d'eux...)

Voyons les principaux symptomes de l'alcool :
- euphorisant
- ça rend con
- plus on en boit, plus on se croit fort et intelligent
- ça rend agressif
- met l'ambiance (aux dépends de certains)
- ça rend super joyeux pour rien


Et c'est quoi la différence entre un gars sobre basique, et un gars euphorique, con, qui se croit fort et intelligent, agressif, qui met l'ambiance, et super joyeux ??? 23 titres en Coupe d'Europe...

Loin de moi l'idée de faire l'apologie de l'alcool (vice insupportable que je déteste et que je conchie, tel mon idole Mickael "David" Vendetta), mais face à la montée progressive du "binge drinking" chez la jeunesse française, je crois sincèrement que la descente (alcoolémique) aux enfers de la société française ira de paire avec un événement inattendu mais plaisant : le retour des clubs français au premier plan sur la scène européenne, grâce à l'apparition d'une génération d'alcooliques...


Et qui sait, peut-être qu'un jour on arrivera aussi à faire de la musique potable !! (mais ça, j'y crois moins)




ps: je sens déjà poindre les premiers argumentaires contraires... donc, "laché vo com" comme disent les jeunes



Mmmmmhhh... "la France de demain"...-->
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans La question qui fâche
commenter cet article

Noux...

  • : FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • : une épopée conceptuelle et définitive dans le monde de le foot
  • Contact

miuzike!

Recherche

Archives