Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 02:04

... mais j'étais en train de me faire bronzer les couilles au Bahamasjaponais-en-larmes.jpg

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 18:07

(avertissement : ce bulletin s'autodétruira peut-être de lui-même ce soir avant 21h...)


Mercredi 5 mai - 23h30


Au sortir d'un match facile et maitrisé (2-0) face à des Rennais amorphes, les joueurs de l'Olympique de Marseille débouchent le champagne dans les vestiaires. Malgré la petite victoire d'Auxerre face à Lyon, il ne leur manque qu'un petit point pour être champion, autant dire que la " Metz est dite" avant d'affronter Lille mais surtout Grenoble



Samedi 8 mai : Lille - Marseille


Tandis qu'Auxerre éclate pépèrement Lens "pour la déconne", Marseille s'apprête à officialiser le titre à l'extérieur. Nerveux et maladroits, ce sont pourtant eux qui encaissent un premier but par FrancK Béria après un ballon mal dégagé dans la surface suite à une action d'école sur le côté gauche.


Le temps de reprendre leurs esprits, Niang décale bien Cheyrou qui expédie un tir à ras de terre des 25 mètres. L'OM tient son point... en attendant mieux. Juste avant la mi-temps, le même Niang récupère un centre de Cissé, se joue à l'arrêt de son défenseur, puis expédie une frappe enroulée dans la lucarne opposée. MicKael Landreau est battu : Marseille respire pour de bon : 2-1


Alors qu'il reste moins de dix minutes à jouer, Ludovic ObraniaK marque sur une action extrêmement confuse après plusieurs frappes et dégagement successif d'un pointu qui vient finir sous les bras de Diawara puis derrière la ligne de but. Egalité, mais le titre semble toujours promis à l'OM


On n'a même pas eu le temps de rentrer dans les arrêts de jeu qu' Eden Hazard profite d'un superbe centre en retrait aérien qui semblait inexorablement filer en sortie de but. Frappe lourde sous la barre. Marseille 2 - Lille 3. Malgré la déception, on se dit que la fête n'a été que repoussée d'une semaine.



cisse-om-triste.jpgSamedi 15 mai : Marseille - Grenoble


Toujours menacé au classement par Auxerre qui n'est qu'à 2 points mais une différence de but très inférieure, Marseille doit minimum accrocher un nul contre des Grenoblois qui ne savent toujours pas s'ils doivent en rire ou en pleurer. Autant dire que ça va être une boucherie. A l'échauffement des joueurs, la sono du stade crache un "il venait d'avoir 18 ans", clin d'oeil malicieux sur le temps qu'il aura fallu à l'OM pour reconquérir un nouveau titre, plus qu'une simple référence à la chanteuse égyptienne qui faisait chavirer les coeurs à la même époque qu'un certain Joe Dassin...


L'humeur est chafouine, les cotillons et feux d'artifice sont prêts. On attend juste le signal pour que la fête commence.


A la demi-heure, après une remise de la tête de Brandao , Hatem Ben Arfa expédie un missile entre le poteau et le gardien, les supporters sont au bord de l'apoplexie lorsque le jeune et fougueux international monte sur le panneau publicitaire afin de manifester sa joie.


Dans les minutes qui suivent, sur un bon corner, Nassim AKrour assène un premier coup de boule aux Marseillais d'une tête piquée rageuse. Tout reste à refaire, et les Phocéens ne sont plus à l'abri d'un coup du sort. Après une deuxième mi-temps terne, fermée, durant laquelle l'entraineur olympien tente de calmer ses troupes, le public siffle Ben Arfa, réclamant l'entrée en jeu de son chouchou Mathieu Valbuena "pour participer aux festivités". Deschamps s'exécute.



Alors que les commentateurs s'entendent sur le fait que le titre est "in the pocket", Valbuena attend porter son empreinte sur le match. Sur l'un de ses premiers ballons à négocier alors qu'on entre dans les arrêts de jeu, un coup franc au niveau du poteau de corner, le "nain électrique" lance un centre missile en direction de la tête de Niang, trop court, qui voit le ballon passer largement au dessus de lui.


VitaKic récupère l'offrande, et lance Feghouli dans la profondeur qui, immédiatement, remet à son tour pour Nassim Akrour qui, bien décalé, prend le meilleur sur le tacle désespéré de Gabriel Heinze et propulse son ballon sous la barre.


Stupeur, désespoir, cris, larmes... Auxerre enrhume Marseille sur le fil, et les prive d'une victoire qui - en ce mercredi 5 mai 18h00 - était pourtant déjà inscrite au palmarès des Olympiens. La France du foot écarquille les yeux, puis se marrent, Gérard Houllier est allé se recoucher. A croire que 1993 n'était en fait que le revival de 2010 (et une super équation : 1993 => 13 + 99 => 13 / 666 = satanisme poussif et malchance sur 10 générations)


Encore un coup de Kristophe Dugarry ?

 

 

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 18:10
malchance.jpgMalgré une actualité ultra florissante : crise existentielle post-tirage au sort, l'hystérie collective des médias autour d'un éventuel "exploit" de l'OM contre le Real (si, si, ils y croyaient vraiment), Jean-Michel Aulas qui veut sauver l'équipe de France et son entraîneur (mais ne sait pas par qui commencer...), et les rumeurs infamantes sur l'hétérosexualité de Pep Guardiola , vous aurez remarqué cette semaine que votre blog préféré n'a pas réagi.

Tout a commencé comme un mauvais rêve avec le doublé Grippe A + première victoire du Grenoble Foot 38 ("Ni Dieuze ni maitre" auraient pu crier les gens avec un accent du sud pénible), puis c'était l'enchaînement tamiflu,  administration française, vrai-faux coma de Johnny Halliday ("Pour moi, la vie va commencer..." ou pas...), jusqu'à ce constat alarmant : "ah oui, le blog, c'est vrai..."

Pour tout vous dire, je peine à trouver un peu de temps pour taper mes putains d'articles (rassurez-vous, il y en a en permanence 45 en stocks, en provenance de l'Asie du sud est, par cargo), et la "transformation" future de Footu en un blog vraiment mythique prend suffisamment de temps pour qu'on n'en voit pas les premiers fruits d'ici..... février prochain ? (promis, on se dépêche)

En attendant, vous pourrez toujours vous délecter d'articles publiés au compte goutte (comme d'hab), mais c'est ça que vous aimez, bande de chiennes, hein ???? (désolé, c'est mon H1N1 qui parle pour moi...)

Et puis, attendez-vous à connaître le vainqueur du Love Challenge très prochainement !! (ça, c'est cadeau, c'est pour moi)

Un dernier petit appel du pied : si jamais vous êtes calé en vidéo/photo montage et/ou que vous aimeriez participer ou collaborer d'une quelconque façon à notre site, n'hésitez pas à nous contacter, il ne pourra en être que meilleur...
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 16:47
Personnage inquiétant, facétieux, clinique, circonvolutoire et extrêmement graphique, je voulais rendre hommage à cet artiste de l'impossible, cette icône froide et anxiogène (terriblement clivant).

Le démiurge avait un nom, il a désormais un prénom. Là où l'on voyait encore du Michel, de la digression, et un ersatz de coprophagie littéraire versant sur d'infinis verbiages, je ne vois qu'un enfant, presque un homme.

Puis la douce musique, l'argumentaire définitif : "Les hommes vivent les uns à côté des autres comme des boeufs ; c'est tout juste s'ils parviennent, de temps en temps, à partager une bouteille d'alcool. "

Il est vrai que Danny Welbeck a 17 ans, et quand bien même il vivrait dans un pays où la plupart des adolescents "obtiennent" leur première cirrhose à 14 ans, on ne me fera pas dire ce que je n'ai pas dit.

Plus violent qu'une sextape de Paris Hilton , qu'un affrontement sommaire FIFA 2010 / PES 2010 ou qu'un mot clef ravageur qui ferait référence à la polémique Nicolas Sarkozy " coupables " d'un lapsus sur l'affaire Clearstream, cette vidéo nous montre l'essentiel de ce qu'il fallait retenir, hier soir, de la Coupe de la Ligue





Vidéo d'un but évident, le but d'une vie. Le but de la vie ? l'objectif, toute une existence, le sexe et la drogue en somme...



absurde et senghorien


le gouffre ?
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 23:43
D'un côté, on a l'Arabie Saoudite, principal contributeur de la FIFA, membre privilégié bénéficiant de largesses arbitrales et "autres" (no comment), qui se ridiculise à chaque édition, mais qui se qualifie sans aucun problème...

De l'autre, on a Bahrein, petit pays du Golfe, une version light de l'Arabie Saoudite, mais surtout beaucoup plus "joueuse"... j'ai souvenir de matchs mega offensifs de cette équipe qui ne refuse jamais le jeu, qui attaque, attaque, attaque, dont un fameux "Japon - Bahrein" en Coupe d'Asie qui (après vérification) s'était quand même fini sur le petit score de 4-3 (a.p.)... bref, du foot "kiffage" old skool .


Match aller de barrage
: 0-0 au Bahrein


Match retour : 1-1 à la 91ème minute... Bahrein tient sa qualification en Arabie Saoudite à la faveur de son but à l'extérieur, jusqu'au moment où...



2-1 : l'Arabie Saoudite est qualifiée pour son barrage international contre la Nouvelle Zélande, donc probablement pour la Coupe du monde. Les joueurs bahrainis sont effondrés, et pourtant...

93ème minute... Emil Kostadinov entre sur le terrain :




Juste énorme...........................................




Bonus track : la vidéo de fin du match (feat. le commentateur fou en train de pleurer et de crachotter)

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 18:16
Lorsque Franck Ribéry pénètre avec son brassard de capitaine sur la pelouse du Soccer City Stadium de Johannesburg, en ce 11 juillet, suivi par ses dix coéquipiers, la France entière se demande si elle ne rêve pas.
Il y a un an, à peine, nul ne croyait raisonnablement aux chances de l'équipe : la qualification était déjà sur-hypothétique, alors y aller, et figurer en très bonne place........ Mais 2009, c'est déjà loin

A l'instant où les caméras du monde entier se braque sur un Raymond Domenech qui ne peut s'empêcher de fixer la coupe qui trône à la sortie du tunnel, de légers frissons parcourent l'échine de ceux qui se souviennent : "et dire que tout ceci n'aurait jamais dû arriver"

Retour sur le comeback du siècle.


CHAPITRE 1 : IF YOU CANNOT BE THE BEST, TRY NOT TO BE THE THIRD ONE

La faute à un parcours qualificatif moisi qui voit la Serbie s'échapper lors de la confrontation directe (0-0 à Belgrade), les Bleus, grâce à un bon nul à domicile contre la Roumanie, voit l'Autriche revenir à leur niveau. Même configuration qu'en 1993, si la France perd ce dernier match au Stade de France , elle ne sera même pas barragiste.

Boumsong, Escudé et Squillaci absents, Domenech est contraint de titulariser d'entrée Philippe Mexès, qu'il hésitera jusqu'à la dernière minute à positionner en latéral gauche à la place d'Abidal.

Choix payant ou non, il ne faut que douze minutes à Mexès pour réaliser le doublé "expulsion + pénalty" sur une erreur grossière (plaquage haut à la carotide), suite à un ballon perdu par Malouda revenu défendre "conformément aux consignes données par le coach". Une minute plus tard, France 0 - Autriche 1 : le tir n'était même pas effectué que résonnaient déjà les premiers "Domenech Démission", sûrement un aperçu de la classe à la française...

Pourtant, l'équipe de France y croit, continue de pousser, et c'est un Gourcuff transparent durant une heure qui laisse sa place à un Benzema en pleine confiance et auteur d'un bon début de saison : 7 matchs, 0 but

81ème minute : Souhaitant probablement tourner un remake de "Punition anale IV", Malouda lance une nouvelle fois Janko qui file seul au but. Arrêt réflexe du coude de Mandanda, relance hasardeuse, vingt secondes après, Benzema catapulte une tête smashée dans les filets de Manninger. La France a désormais 8 minutes pour tenir les barrages !

Quelques "cagades", un poteau et une nouvelle passe en retrait de Malouda plus tard, les Bleus tiennent enfin ce qu'ils considèrent comme une qualification... un gros soulagement en tout cas ! Au sentiment du devoir accompli et la joie se mêlent des "Domenech Démission" de bon aloi... Prochaine étape : les barrages



CHAPITRE 2 : LE DIEU DU FOOT CHOISIT SON CAMP


Le tirage au sort est cruel ; il offre la Russie aux bleus. Alors que Guus Hiddink et les oligarques russes sont déjà en train de célébrer la qualification et que la vodka coule à flot, Domenech fomente un plan définitif : tout jouer sur le match aller en Russie, et défendre à mort au retour.

Au terme d'un match nul, vierge et nul, qu'on qualifie déjà de "nouveau France - Roumanie", le désespoir laisse place à l'incrédulité. Il est vrai que la performance livrée au stade Luzhniki entre deux équipes qui refusent d'attaquer (2 tirs non-cadrés de chaque côté) est à rattacher à la confrontation maudité de l'Euro 2008.

Le jour du "dernier match sacrifié par la nullité de Domenech" (cf Aujoud'hui Sport), les media aiguisent leurs couteaux. L'Equipe a déjà préparé sa une du lendemain "la tristesse mais le soulagement", signifiant ce que la quasi-unanimité des français pensent tout haut : "Autant qu'on se fasse bien éliminer et qu'il dégage".

Le début de rencontre est à l'avantage des russes, et deux bons tirs d'Archavine viennent alerter le portier français de l'imminence d'un naufrage. Hiddink sent que son équipe a le dessus, mais refuse un peu le jeu : on ne sait jamais, et s'ils arrivaient à marquer sur un contre ? Il aurait pas l'air con, tiens... mi-temps, pas de buts, tout reste à faire, la Russie n'a pas encore composté son billet pour l'Afrique du Sud, mais c'est pas loin.

Les minutes filent, et l'improbable pointe le bout de son nez : les deux équipes attendraient-elles la prolongation et les tirs au but ? "Tout mais pas ça" semble crier le public qui refuse de boire le calice jusqu'à la lie, pourtant il faut s'y résoudre alors que nous sommes déjà à la 86ème minute de jeu.
Un coup franc tiré du rond central, une action confuse dans la surface, Toulalan frappe tout droit dans la balle qui vient toucher le mollet de Gallas. La France vient d'inscrire un but qui l'envoie bien plus qu'au delà du périphérique parisien, et c'est soudain toutes les mains qui se lèvent, les coeurs qui se réveillent, la France du foot qui oublie ses querelles et réalise l'incroyable scénario : une qualification pour l'Afrique du Sud, enfin !

Et là, c'est le drame... un contact Sagna - Pavlyuchenko débouche sur un atermoiement arbitral de plusieurs minutes, conclu par le 4ème arbitre qui, ayant bien réfléchi derrière son pupitre, décide qu'il y a pénalty. Moins de 100 secondes à jouer et l'horreur vient soudain de changer de camp.

Pavlyuchenko décide de se faire justice tout seul (pas le groupe parisien), place le ballon aux 6 mètres, et au terme d'une attente insupportable, tire légèrement sur la gauche de Mandanda qui détourne le ballon... InouÏ, la France arrive une nouvelle fois à s'en sortir, mais...... que voilà ? L'arbitre siffle, fait de grands gestes, et décide de faire retirer le pénalty, des joueurs français (mais aussi russes) étant entré dans la surface avant le tir : "Quoi ?? Mais elle existe pour de vrai, cette règle ? Et si on avait été italiens ou allemands, vous nous auriez fait le coup ? Putain de sa race...", etc

Trop heureux d'une telle opportunité, Pav le chien se charge à nouveau d’expédier son équipe au Mondial dans un silence de tombe, les supporters n’ayant même plus la force de siffler pour le déconcentrer. Coup de sifflet, prise d’élan, tir au milieu en force à ras de terre, Mandanda, parti trop tard, s’interpose, le ballon revient à pleine vitesse dans les pieds de l’attaquant qui dévisse totalement du gauche, et envoie le ballon dans les cieux.

C’était écrit, la France ira à la Coupe du monde. A l’issue du match, Sepp Blatter , heureux de la qualification française, se prononce une nouvelle fois contre l’arbitrage vidéo




Prochainement : chapitres 3 à 6

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 16:58
Voici un petit quizz pour les plus connaisseuses d'entre vous, en 20 questions sur l'histoire de la Coupe du monde

http://www.quizz.biz/quizz-93483.html

Au delà de 8 réponses justes, vous pouvez considérer que vous vous y connaissez en football !!

Malheureusement, je souhaitais intégrer le quizz sur ce blog, mais la plate-forme overblog (que je vous déconseille fortement) me l'empêche

Pour faire le quizz, c'est ici, en attendant que j'arrive à le mettre ailleurs ! (facebook ou autre site de quizz)

Lorsque vous avez fini, n'hésitez pas à mettre votre score et un p'tit commentaire sur cette page !

... et pour les réponses et explications scientifiques, cela fera l'objet d'un prochain post...



Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 17:00
En plus d'être l'un des meilleurs entraîneurs français (actuellement en quasi-chômage technique) et probablement l'un des meilleurs commentateurs radio actuel, Rolland Courbis possède le "truc".

Sous ses airs de gars bourru, à qui on la fait pas, du type qui gueule plus fort que tout le monde, du sudiste à la gouaille définitive, se cache un trésor de diplomatie, de pesage du pour et du contre, d'objectivité timide, de maïeutique foudroyante lorsqu'il officie pour la radio RMC, malgré une connaissance et une expérience dans le domaine footbalistique pourtant hors du commun, qui ne permettent pas d'expliquer son état proche du "zen" japonais.

D'où apparition d'une spécialité propre à notre Rolland national, l'introduction sous forme de "en fait, je m'y connais mieux que toi qui vient de sortir une énormité, mais je vais pas trop me la jouer en tentant de m'argumenter mollement mais solidement"

D'où notre grand jeu du "ROLLAND COURBIS"

Le principe est simple : inventer une phrase introductive "à la" Rolland Courbis : Pas de limitation de taille de texte (mais pas besoin de faire 20 lignes), pas besoin de traiter le sujet, juste essayez d'être inventifs, drôles, touchants, "courbissiens", et envoyez tout ça à : FOOTU.NET@GMAIL.COM


le sujet de ce (premier) concours sera : "Marseille va être champion de France, peut-être"

un exemple d'intro (pour que vous voyez à quoi ça ressemble) :

"J'ai pas la science infuse, mais je pense personnellement, après je peux dire une connerie, que, au vu de ce que je constate, Marseille peut être champion de France, même si c'est pas fait..."

Date limite pour déposer votre oeuvre : vendredi 1er mai - 14h , résultat le lendemain !! (le jury se réunira dans la soirée)


A VOUS DE JOUER !!!!!!
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 14:58
... et titularisera Peguy Luyindula contre la Lituanie au Stade de France

KIKOOLOOOOOOOL !!!!

Succombant à la mode triviale du "poisson d'avril", Footu vous propose le sien en exclusivité avant un France - Lituanie qu'on annonce définitif... à tout point de vue.

" Raymond Domenech reste à la tête de l'équipe de France "

Bon, j'avoue, elle était facile...


On avait pas mal hésité avec :

- les Bleus joueront avec 2 milieux défensifs contre une équipe qui n'attaque pas
- Gourcuff est à cours de forme
- la France ira en barrage de coupe du monde


... et aussi une obscure histoire de pompe anale et de girafes (mais on a renoncé)

Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 23:04


Dans le cadre de notre (toujours) conquête globale du monde libre et des parts de marché du foot business, nous vous présentons un clip tout pourri featuring The Billy Montoya Experience qui interprète "avec sa personnalité" le tube interplanétaire qui accompagne le plus grand événement mondial européen de l'année, pour les anglais.

http://www.myspace.com/thebillymontoyaexperience
Repost 0
Published by Billy Montoya - dans miscellannées
commenter cet article

Noux...

  • : FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • : une épopée conceptuelle et définitive dans le monde de le foot
  • Contact

miuzike!

Recherche

Archives