Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 16:44
On croyait (y compris votre serviteur) que la Coupe des Confédérations ne servait à rien, voyez le topo : une coupe en fin de saison quand tout le monde est crevé, à un an de la Coupe du monde, entre 8 équipes bis démobilisées semi-représentatives du monde mondial, le tout diffusé sur des chaînes cablées, et passant aux infos après le squash et la lutte gréco-romaine

Pourtant force est de constater que ce tournoi a été bourré d'enseignements qui nous aident à y voir plus clair sur le futur "plus grand événement interplanétaire de tous les temps" (au monde) qui commencera dans moins de 350 jours...


- LE BRESIL NE SAIT PAS JOUER , et comble de malchance, il remporte un tournoi "jinx" où le vainqueur se plante toujours l'année suivante : jeu stéréotypé faussement offensif (un coup à droite, un coup à gauche, longs centre moisis au 3ème poteau), maigres exploits individuels indignes d'une grande nation de football. Ils n'ont vraiment rien à envier à la France...



- L'ESPAGNE EST REDEVENUE L'ESPAGNE : j'étais fan du commentaire de Xavi en conférence de presse avant la demi-finale, style "en football, rien n'est fait, il faut prendre les matchs les uns après les autres" qui voulait dire "on pense déjà à notre match contre le Brésil". Après avoir fait le coup classique "on nique tout en poule", la Roja s'est une nouvelle fois plantée en beauté, sans vraiment comprendre ce qui lui arrivait



- LES ETATS-UNIS CONFIRMENT QU'ILS SAVENT JOUER AU FOOT : je sais, vous allez me dire ironiquement "oulalaaah, queeeelle surprise ! Une équipe bidon qui arrive aussi loin dans un tournoi où tous les favoris sont démobilisés, c'est extraordinaire.......", et je sais qu'il y a une chance sur 2 que les USA ne passent pas les poules l'an prochain. Nevertheless, grand spécialiste de la Major League Soccer, je peux vous assurer que les USA sont capables de choses très intéressantes, surtout dans un tournoi "non-européen", à condition toutefois qu'ils évitent de se prendre 3 rouges par match, et qu'ils apprennent à défendre correctement. Leur salut, comme celui de la France à une autre époque (quoique), semble passer par le double impératif : Plus de joueurs étrangers d'expérience dans leur championnat et plus de joueurs américains à l'étranger (et dans l'équipe première, de préférence). Par contre, point intéressant pour eux, la Mondial commencera en plein milieu de leur championnat, ils seront donc frais physiquement et directement prêts pour le tournoi.



- QUAND LE CHAMPION DU MONDE EN TITRE NE PARTICIPE PAS AU TOURNOI, C'EST MOINS INTERESSANT : C'est vrai ça, pourquoi avoir envoyé le vice-champion du monde (l'Italie) en lieu et place du champion en titre ? Il y a des fois où je ne comprendrai jamais la FIFA....... En plus, vu la prestation italienne, les spectateurs ont pu se douter de la supercherie



- L'AFRIQUE DU SUD VA PEUT-ETRE S'EN SORTIR : On attend toujours qu'un organisateur se ramasse la gueule grave, histoire de passer l'envie au Qatar ou au Luxembourg de tenter d'organiser le Mundial. Au vu de ce p'tit tournoi, il semblerait que, même sans avoir un effectif génial, l'Afrique du Sud peut passer le premier tour, à la faveur d'un groupe qui sera un peu plus facile qu'à l'habitude : tête de série, le pays-hôte évitera un gros, et pourrait être accompagné au pire par 2 moyens et 1 mauvaise équipe.



- IL FAUT FUSIONNER LES ZONES OCEANIE ET ASIE : dans un précédent article, je plaidais déjà en faveur d'une fusion des 2 confédérations, l'Océanie étant un "poids mort" de 10 pays parmi lesquels on ne retrouve même pas l'Australie, Singapour, l'Indonésie et la Malaisie. Non, vous ne rêvez pas, les 4 meilleurs équipes de la confédération sont bien : la Nouvelle Zélande, la Nouvelle Calédonie, Fidji et Vanuatu... Mouais. On pourrait soit inviter un autre pays, soit créer un nouveau tournoi style une "coupe Pacifique" avec l'Océanie et les principaux pays d'Asie rattachés à cette région comme l'Australie et le Japon, non ?



- ARBITRAGE VIDEO : UN VIDE JURIDIQUE INSUPPORTABLE : Que ce soit clair entre nous, imaginons un joueur en finale d'une compétition... il frappe un joueur adversaire sans qu'aucun des 4 arbitres ne le voit. Si on applique à la lettre le règlement du Board, et que la FIFA dispose que le recours à la vidéo est "interdit dans toutes les phases du jeu pendant le match", le joueur ne doit pas être expulsé, même si son adversaire est mort sur le terrain, coupé en deux à la scie circulaire. Pas vu, pas pris ! Si maintenant l'un des arbitres accède à la vidéo, et voit le forfait, il ne DOIT PAS tenir compte de ce qu'il a vu, même dans un cas très grave. La vidéo est interdite, elle est interdite, point final.

La même affaire est arrivée lors de Brésil - Egypte : utilisation de la vidéo par le 4ème arbitre qui voit la faute, signalement à l'arbitre central qui siffle pénalty : arbitrage vidéo 0 - foutage de gueule 1
On ne reviendra pas sur la mini-affaire du "but refusé" au Brésil en finale contre les USA : j'aurais vraiment aimé que les nord-américains finissent par l'emporter uniquement pour faire chier la FIFA, et les mettre devant le fait accompli : se prononcer sur l'utilisation ou pas de la vidéo de manière ferme : le 4ème arbitre doit ou non disposer du ralenti, mais pas les deux situations à la fois.
Il serait temps de mettre des arbitres supplémentaires dans la surface, ou des caméras dans les buts, ou une puce dans le ballon, voire les 3 à la fois, pour savoir si oui ou merde le ballon est rentré... c'est pas l'objectif du jeu, non ?



- LA THEORIE FOOTU SUR LA PELOUSE SE CONFIRME : Last but not least, le point définitif sur l'intérêt de ce tournoi-ci en Afrique du sud : l'herbe. Après en avoir longuement discuté avec mon collègue "Max la menace" (footballeur professionel dont nous tairons le nom), nous sommes arrivés à la conclusion que le terrain de jeu, pareillement aux surface du tennis, avait un impact réel sur la performance d'une équipe. N'avez-vous jamais remarqué à quel point les pelouse européennes étaient différentes de leurs homologues (homotopes ?) sud-américaines ? Les matchs de la Coupe d'Afrique des Nations ne vous donnent jamais une sensation "d'étrangeté", et je ne parle même pas du synthétique. Alors je ne sais pas si c'est une question d'hémisphère, d'humidité, ou autre, mais des facteurs aussi importants que le rebond, les contrôles, l'enfoncement des crampons dans le sol, la rapidité des passes, etc, se trouvent ultra influencées par le type d'herbe utilisé, et sachant que le football se joue sur des micros-détails...

Eclairages à la con sur la question :

- hormis le Brésil, pays hors classe qui gagne partout, aucun "américain" n'a jamais gagné en Europe (sauf le Brésil en 1958, mais c'est le Brésil, et avant, j'avais dit que, donc nah !), et, plus étonnant, aucun européen n'a jamais gagné en "Amérique", ni hors d'Europe tout court ! (malgré 6 finalistes) : pourquoi donc ?

- la pelouse, en plus d'être différente entre les 2 hémisphères, bénéficie de "l'effet saison" : c'est l'hiver dans une grosse partie de l'Amérique du Sud, mais aussi en Afrique du Sud !

- la plupart des joueurs des Etats-unis jouent en MLS et ont l'habitude d'alterner vrai pelouse, synthétique, voire semi-synthétique-gazonneux-foireux, et sont donc ultra adaptables à toutes les surfaces. Est-il donc étonnant de les voir briller en 2002 en Corée, et cette année en Afrique du Sud ? L'année prochaine ne serait qu'une confirmation.

- On se rappelle tous que l'équipe de France n'était pas allée "reconnaître" le stade lors du match d'ouverture en 2002. Résultat, une défaite "inuit" face au Sénégal, et une très grosse impression de lourdeur, d'équipe qui marchait dans la boue, un Wiltord qui faisait des contrôles de balle sur 8 mètres, un ballon qui glissait bizarrement, bref, là où on parlait alors de "Zidane dépendance", aurait-on plutôt dû s'attarder sur le terrain ?


Quand on réalise maintenant que lors de cette Coupe des Confédérations, 3/4 des éliminés en poule (parmi lesquels la Nouvelle Zélande........) étaient de l'hémisphère nord, et la moitié des qualifiés pour les demis issus de la moitié Sud du globe, on se dit que la prochaine Coupe du monde réservera vraisemblablement de très très grosses surprises : technique moins évidente pour les européens, possibilités plus variées pour les africains et les asiatiques, voire pour les sud-américains qui jouent chez eux, les USA pas totalement en terrain inconnu, le tout dans un contexte de redistribution des cartes de ce sport, on peut penser qu'on a eu droit à une bonne mise en bouche, non ? (et en plus, l'Italie a perdu...)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ulrich Turkich 01/07/2009 10:10

je suis perplexe devant tant d'assertions malignes. Cette coupe ne sert à rien point final. Pas besoin de pousser l'analyse plus loin. On peut légitimement penser que la mort de MJ aura donné un coup de booster aux USA, et encore !

Alexis 30/06/2009 17:31

Analyse définitive....

Noux...

  • : FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • FOOTU : la quasi actu du foot en léger direct.....
  • : une épopée conceptuelle et définitive dans le monde de le foot
  • Contact

miuzike!

Recherche

Archives